Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La police des Alpes-Maritimes veille sur vos déguisements et accessoires pour Halloween

mardi 31 octobre 2017 à 9:11 Par Marion Chantreau, France Bleu Azur et France Bleu

Le 31 octobre, c'est la fête d'Halloween. L'occasion de se faire peur, d'organiser une soirée déguisée, d'aller quémander des bonbons chez les voisins. Dans les-Alpes Maritimes, la police observe tout cela d'un œil attentif pour que la fête se passe dans les meilleures conditions.

La campagne de la police nationale pour Halloween
La campagne de la police nationale pour Halloween - capture écran

Nice, France

Dans les Alpes-Maritimes, les déambulations et les rassemblements sont autorisés mais les forces de l'ordre alertent sur le choix des costumes et des accessoires.

Reportage Halloween

Éviter le port d'armes factices

Pour éviter d'effrayer la population en ce jour d'Halloween, la police a lancé une campagne de sensibilisation, photos à l'appui sur Twitter et Facebook, avec ce genre de messages : "Pour ne pas finir la soirée au commissariat, faites le bon choix". Autrement dit, pas de port d'arme factice, car la méprise peut vous coûter un détour au poste.

Il y a deux ans, un lycéen qui se rendait au carnaval de son lycée à Nice avait suscité un vrai mouvement de panique dans le quartier Cimiez : "Il était déguisé avec une fausse kalachnikov, il avait crée l'émoi dans le quartier et avait entraîné l'intervention des forces de police pour finalement une fausse alerte", raconte Florence Gavello, de la direction départementale de la sécurité publique.