Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La Polyclinique de Limoges arrête la vaccination pour les métiers prioritaires faute de patients

-
Par , France Bleu Limousin

Des créneaux de vaccination sont disponibles pour les métiers autour de l'enfance et les forces de l'ordre. Mais les doses ne trouvent pas preneur. Il y a peu d'engouement pour les vaccins d'AstraZeneca et un manque d'informations. La Polyclinique de Limoges a donc fermé ses créneaux prioritaires.

Des sièges dédiés à la vaccination des métiers prioritaires vides faute de candidat au CHU de Limoges
Des sièges dédiés à la vaccination des métiers prioritaires vides faute de candidat au CHU de Limoges © Radio France - Thomas Vinclair

Annoncée en grande pompe ce week-end par le préfet de la Haute-Vienne, le président du département, le maire de Limoges et la rectrice d'académie, la vaccination des professionnels prioritaires de plus de 55 ans est aujourd'hui un flop en Haute-Vienne. 

La quarantaine de doses disponibles par jour à la Polyclinique de Limoges n'ont pas trouvé leur public. L'établissement de santé a donc pris une décision radicale. "Nous avons fermé notre antenne," explique Cécile Blanc, directrice de l'établissement de santé. Nous avions peu ou pas de réservation pour ces créneaux. C'est le cas aussi au CHU. L'ARS nous avait pourtant demandé d'ouvrir ces créneaux prioritaires mais aujourd'hui nous laissons ce travail au CHU de Limoges."

"Des vaccins disponibles pour les policiers ? Vous me l'apprenez !"

Pourquoi ces professionnels prioritaires ne se sont pas déplacés en masse ? Ces dernières semaines, de nombreux syndicats avaient, pourtant, demandé au gouvernement de leur réserver des doses car ils estimaient être "en première ligne face au virus".

Quand Laurent Nadeau, délégué syndical FO en Haute-Vienne, a appris la nouvelle, ce policier est tombé des nues : "Mais vous me l'apprenez ! Hier encore, j'ai demandé aux chefs quand nos collègues de plus de 55 ans pourraient se faire vacciner. On nous a répondu que l'on n'avait pas encore de directive sur le sujet." Aucune information selon lui alors que la demande est importante : "Les forces de l'ordre veulent se faire vacciner, nous n'attendons que le feu vert. Il y a eu un problème de communication entre la préfecture, le CHU et la police pour le coup."

Même problème de communication rencontré du côté des enseignants. Les mails ont été envoyés par le rectorat vendredi dernier sur les adresses professionnelles des enseignants : "Nous sommes en vacances", explique Frabrice Premaud du syndicat SNUIPP-FSU. "Beaucoup de mes collègues éligibles n'ont tout simplement pas regardé leur boîte mail. Je suis persuadé que beaucoup ont totalement déconnecté et ne sont tout simplement pas au courant."

Des doses d'AstraZeneca qui posent question 

Autre difficulté pointée du doigt par Fabrice Premaud, les vaccins proposés. Chaque jour, des dizaines de doses sont disponibles mais ce sont des doses du laboratoire AstraZeneca. "Nous avons vu avec les soignants que ce vaccin ne faisait pas l'unanimité. D'ailleurs dès que le vaccin a été autorisé seulement pour les plus de 55 ans, les soignants se sont fait vacciner avec des doses de Moderna ou Pfizer." 

Aujourd'hui, j'ai des collègues qui me l'ont dit clairement, ils ne se feront pas vacciner avec ces doses d'AstraZeneca."

Il va falloir donc régler la mire pour les autorités car dès le week-end prochain, la liste des travailleurs de plus de 55 ans pouvant se faire vacciner avec des créneaux prioritaire va s’allonger. Les caissières, conducteurs de bus, ou encore agents d'entretien sont concernés. En tout, en France,  400.000 personnes vont pouvoir à leur tour se faire vacciner.

Des créneaux de vaccinations sont toujours disponibles au CHU de Limoges pour les forces de l'ordre ou les professionnels travaillant dans le monde de l'enfance de plus de 55 ans.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess