Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

La Poste : la nouvelle distribution du courrier ne fait pas l'unanimité en Lorraine

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Pour limiter les risques de contaminations, La Poste demande à ses facteurs de ne distribuer le courrier que du mercredi au vendredi. Pour le sénateur Oliver Jacquin (54), l'accès régulier à l'information est remis en cause. Selon les syndicats, la protection des agents n'est toujours pas assurée.

A partir de cette semaine, la distribution du courrier se fait uniquement sur trois jours consécutifs : mercredi, jeudi, vendredi.
A partir de cette semaine, la distribution du courrier se fait uniquement sur trois jours consécutifs : mercredi, jeudi, vendredi. © Radio France - Lionel Cariou

A partir de cette semaine, la distribution du courrier se fait sur trois jours consécutifs : mercredi, jeudi et vendredi. L'objectif de La Poste : limiter les risques de contaminations Covid-19 en restreignant le nombre de tournées hebdomadaires.

"Isolement renforcé"

Pour Olivier Jacquin, cette nouvelle organisation pose un problème d'accès régulier à l'information. Le sénateur socialiste de Meurthe-et-Moselle a donc décidé d'interpeller directement le PDG de La Poste, dans une lettre publiée ce samedi sur Facebook.

Olivier Jacquin déclare être "pour la distribution du courrier un jour sur deux, et non concentrée sur trois jours, du mercredi au vendredi. Renseignements pris auprès de syndicats, il serait possible de prendre en compte la protection de nos facteurs et postiers et un tel dispositif."

Contacté par France Bleu Sud Lorraine, le sénateur lorrain rappelle que la priorité reste la santé des agents de La Poste, mais que dans le cadre de cette réorganisation, il ne faut pas oublier "ceux qui n'ont pas Internet chez eux". "La Poste a une obligation : celle de garantir un service accessible, permanent et égal," rappelle-t-il.

"Vous n'êtes pas sans savoir qu'un tiers de la population a peu ou pas accès aux services numériques et a besoin de régularité dans la réception du courrier et de la presse, explique l'élu. 

Nos journaux nous informent, nous rendent service et contribuent au lien social.

"Je vous serai reconnaissant de revoir au plus vite cette question car la crise pourrait durer et votre disposition renforcer l'isolement," conclut Olivier Jacquin dans sa lettre au PDG de La Poste.

Plusieurs directeurs de journaux, eux aussi, réclament une distribution plus régulière de leurs quotidiens, notamment pour partager cette fameuse dérogation de sortie imprimée dans leurs pages. Une pétition a déjà récolté près de 7.500 signatures en quatre jours. Pétition relayée par le sénateur meurthe-et-mosellan sur son compte Facebook.

"Nous voulons une protection maximale !"

Du côté des syndicats, on estime qu'aujourd'hui la protection des facteurs n'est pas maximale. "Avec cette distribution trois jours d'affilée, les agents restent à proximité des uns des autres. Si on la faisait un jour sur deux, ils ne seraient pas tous ensemble au même moment," affirme Didier Méret, secrétaire général de la FATP 88 (Fédération des activités postales et des télécommunications dans les Vosges). 

Les syndicats sont aujourd'hui en pleines discussions avec la direction pour revoir l'ensemble des mesures de protection face au virus. 

Nous, ce qui nous préoccupe, c'est la santé des postiers. 

"Même si la situation s'améliore, on est encore en manque de masques, de gels et de gants dans certains secteurs. Ne parlons pas des vitres de protection dans les bureaux encore ouverts, elles tardent à arriver", déplore le syndicaliste vosgien.

"Les agents sur le terrain s'inquiètent du virus. Ils s'inquiètent aussi de l'agressivité de certains qui n'ont pas tous leurs services habituels à disposition. Il y a donc chez les postiers uune crainte de la maladie doublée d'une crainte des incivilités", lâche Didier Méret. Selon lui, seulement 40 bureaux sont ouverts en Lorraine. 

Enfin, Didier Méret souhaiterait faire passer le message : en cette période de crise sanitaire, la mission des agents de La Poste devrait se limiter aux biens essentiels. "D'accord pour distribuer les courriers, les journaux ou les colis médicaux, mais pas pour des livraisons de confort." Autrement dit, éviter les commandes inutiles pour ne pas exposer, encore un peu plus, les facteurs inutilement.

De son côté, le groupe La Poste a publié un communiqué détaillant sa réorganisation et ses mesures de protection.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu