Société

La poupée Barbie prend des formes pour la première fois de son histoire

Par Marina Cabiten, France Bleu vendredi 29 janvier 2016 à 8:30

- crédits : Mattel

Pour la première fois en 56 ans d'existence, Barbie va voir ses formes évoluer et sera désormais disponible en version "ronde", "petite" ou "grande", une révolution annoncée jeudi par son fabriquant Mattel qui tente d'endiguer la chute des ventes de sa poupée star.

Depuis sa création, en mars 1959, Barbie ne s'était jamais départie de son physique dont les proportions, la taille notamment, ne correspondaient à celles d'aucune femme sur terre. Avec les nouvelles Barbie Fashionistas présentées jeudi, Mattel espère relancer les ventes de la poupée la plus connue du monde. 

Symbolique forte

La ligne comprendra donc quatre morphologies différentes, les trois nouvelles versions s'ajoutant au modèle original. Avec ses hanches plus fortes et sa taille élargie, la Barbie "curvy" est incontestablement celle qui tranche le plus avec la ligne historique du jouet inventé par l'Américaine Ruth Handler, co-fondatrice de Mattel avec son époux Elliot. L'événement constitue une telle rupture dans la représentation du corps de la femme que le magazine américain "Time" en a fait la une de son numéro de jeudi. 

"Barbie est le reflet du monde que les jeunes filles voient autour d'elles", a expliqué Richard Dickson, PDG de Mattel, dans un communiqué. "Sa capacité à évoluer avec son temps, tout en restant fidèle à son esprit, contribue grandement à en faire la poupée mode numéro un dans le monde", a-t-il ajouté. 

Nous pensons que nous avons la responsabilité envers les filles et les parents de refléter une vue plus large de la beauté Evelyn Mazzocco, vice-présidente et manager générale de la marque Barbie

Coup marketing

Les mensurations de Barbie font polémique depuis de nombreuses années. Il y a quelques mois seulement, l'une des dirigeantes de Mattel les balayait. "Le corps de Barbie n'a jamais été conçu pour être réaliste", mais "pour que les filles l'habillent et la déshabillent facilement" avait expliqué, Kimberly Culmone. 

Ce ne sont pas les arguments moraux mais la baisse drastique des bénéfices qui aura finalement poussé Mattel à ce revirement. Les ventes ont systématiquement baissé de 2012 à 2014 et ont encore reculé de 15% sur les neuf premiers mois de 2015. 

Partager sur :