Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La précarité s'accentue dans la Marne et les Ardennes, selon le dernier rapport du Secours catholique

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Le Secours catholique-Caritas publie ce jeudi 12 novembre son rapport annuel sur la pauvreté en France. Dans la Marne et les Ardennes, 7000 personnes ont été accueillies en 2019 par l’association, un chiffre en augmentation.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Marc Ollivier / Ouest France

Le Secours catholique-Caritas livre ses conclusions de l'année 2019 : l’association publie ce jeudi 12 novembre son rapport annuel qui dresse un tableau de la pauvreté en France. En 2019, le Secours catholique a accueilli 7000 personnes dans la Marne et les Ardennes et 11 000 personnes dans toute la Champagne-Ardenne.

Sur ces 7000 personnes précaires, "92% se situent sous le seuil de pauvreté, un chiffre qui augmente d’année en année", d’après Michaël Boude, délégué régional du Secours catholique dans la Marne et les Ardennes. En tout, un quart de ces personnes sont sans ressources actuellement.

Une situation qui empire avec la crise sanitaire

Personnes sans revenu fixe, sans papiers ou qui entrent dans l’inactivité professionnelle, ces personnes-là sont de plus en plus nombreuses depuis quelques années. En 2019 et à plus forte raison depuis le début de la crise sanitaire, leur situation a souvent empiré : "Beaucoup de personnes comptaient sur les petits revenus pour vivre, et sans ces revenus, ça devient difficile pour les familles." 

Avec des dépenses contraintes comme les loyers ou les charges, la part du budget qui reste à ces personnes est parfois infime. Pour la plupart des ménages rencontrés par le Secours catholique, leur niveau de vie baisse de 5 euros par rapport à 2018. "Après le logement, le reste du budget est souvent compris entre 2 et 9 euros par jour et par personne, pour se nourrir et se vêtir", explique Michaël Boude, "ce qui est vraiment très peu."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess