Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les riverains de l’Étang de Thau militent pour obtenir le droit de laisser leurs bateaux dans l'Anse du Barrou.

-
Par , France Bleu Hérault

À Sète, une trentaine de riverains de l'anse du Barrou demandent le droit de laisser leurs bateaux dans l'étang de Thau. C'est illégal et la préfecture de l'Hérault les a contraint à retirer leurs embarcations. Mais pour eux, c'est une "coutume".

L'anse du Barrou à Sète
L'anse du Barrou à Sète © Radio France - Fabrice Hawkins

Sète, France

Après s'être attaqué au "corps morts" ces bateaux abandonnés dans l'étang, la préfecture de l'Hérault passe à la vitesse supérieure et demande à tous les propriétaires de bateaux stationnés dans l'anse du Barrou à Sète de retirer leurs embarcations, une trentaine au total. L'ultimatum était fixé au 3 mai dernier. Ceux qui continuent de laisser leurs bateaux amarrés s'exposent à une contravention de 1500 euros. Les propriétaires ont donc trouvé des solutions provisoires pour mettre leurs embarcations "à l'abri", qui dans son jardin, qui sur la remorque dans la rue, qui accroché au bateau d'un ami dans un port. 

Il faut dire que l'arrimage de beau dans l'anse du Barrou sur l'étang de Thau à Sète est interdit depuis 1995 pour des raisons écologiques, la préservation des herbiers de posidonie. Depuis des années, la présence de ces bateaux de plaisance était tolérée et les propriétaires parlent maintenant de "coutume" ou de "tradition". Pour défendre leurs intérêt les riverains se sont organisés en créant l'association de petite plaisance de l'anse du Barrou.

Ce sont les épaves qui polluent" - Michel un riverain

Pour les riverains de l'Étang de Thau ce sont les bateaux laissés à l'abandon qui polluent contrairement à ce qu'affirme la préfecture. "Le plus souvent ces épaves ont des batteries et des réservoirs avec du fioul. Dans les moteurs il y a de l'huile et naturellement quand ces épaves sont laissés à l'abandon tout ça se retrouve dans l'Étang" regrette Michel propriétaire de deux petits navires.  

Le reportage de Fabrice Hawkins

Une redevance de 100 euros

Ce qui irrite les membres de l’Association de petite plaisance de l'anse du Barrou, c’est qu’ils n’ont pas de solution de repli. « Nous avons demandé un certain nombre de mouillages pour mettre des bateaux dans le canal mais je pense qu'il est saturé. Un port à sec ce n'est pas possible, il n'y en a pas assez. Donc on nous demande de retirer nos bateaux sans nous proposer de solution » vitupère Danièle Cottalorda la présidente de l’association. Les riverains proposent de payer une redevance de 100 euros pour que les bateaux gardent leur place sur l'Anse du Barrou.

Danièle Cottalorda la présidente de l’association.

L'association de petite plaisance de l'Anse du Barrou a rendez-vous ce mardi 14 mai avec le maire de Sète pour tenter de trouver une solution.