Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La préfète d'Indre-et-Loire sans filtre sur son compte Twitter

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

Contrairement à la quasi-totalité des autres membres du corps préfectoral, la préfète d'Indre-et-Loire écrit elle-même sur son compte Twitter. Elle assume totalement le fait d'avoir des échanges parfois très directs avec les gens qui l'interrogent, l'apostrophent voire l'insultent.

Selon Corinne Orzéchowski, "la situation actuelle montre qu'il faut parler et twitter c'est un bon moyen de se parler"
Selon Corinne Orzéchowski, "la situation actuelle montre qu'il faut parler et twitter c'est un bon moyen de se parler" © Radio France - Boris Compain

Indre-et-Loire, France

Si vous êtes un des 6.782 abonnés du compte twitter de la Préfète d'Indre-et-Loire, vous avez sans doute constaté qu'il s'écarte assez souvent de la langue de bois en usage sur ce genre de compte officiel. Il y a une bonne raison à cela : contrairement à ce qui se passe dans la plupart des autres départements, ce n'est pas un service communication qui s'en occupe. C'est Corinne Orzéchowski elle-même qui s'exprime, et le style est souvent très direct, notamment lors des manifestations de gilets jaunes.

La Préfète d'Indre-et-Loire est aussi directe sur Twitter qu'en face à face. Quand un manifestant écrit qu'il compte monter des tribunaux populaires pour la juger, Corinne Orzéchowski répond : "Au secours, Robespierre est de retour", suivi d'un smiley qui pleure de rire. Quand un autre internaute lui balance "qu'elle est aussi nulle qu'à son poste précédent, et qu'il comprend qu'elle ait été dégagée", la Préfète se défend : "Personne ne m'a dégagée. Je suis restée 3 ans au Mans et je fais mon métier avec sérénité". 

Beaucoup d'autres tweets se veulent plus pédagogiques, quand elle incite à participer au Grand Débat National, qu'elle répond aux gilets jaunes qui se plaignent de violences policières ou qu'elle explique pourquoi il faut déclarer une manifestation. Selon Corinne Orzéchowski, le réseau social est un nouveau canal de discussion directe dont il ne faut pas se priver : "C'est un bon outil et ça me va bien de m'expliquer en quelques mots, ça correspond bien à ma pensée un peu directe. C'est une nécessité pour informer les gens, mais c'est aussi presque un plaisir que je prends".

"C'est le langage de tous les jours, c'est le langage de la vie. La situation actuelle montre qu'il faut se parler, et Twitter est un moyen de le faire. Les gens à qui je réponds, ou qui me répondent, souvent nous ne sommes pas du même avis, mais parfois si, et c'est juste la vie". -  La Préfète d'Indre-et-Loire

Et il y a aussi des échanges souriants, comme cette fois où la Préfète a répondu à un internaute qui demandait si il y avait des manifestants dans le quartier de la cathédrale. Après avoir reçu une réponse, l'interlocuteur a écrit : "Puisque je vous tiens, et que vous êtes fort sympathique, pouvez-vous me dire comment on devient chargé de la communication de la préfecture sur les réseaux sociaux ?". Réponse de Corinne Orzéchowski : "Il faut être préfète", avec un point d'exclamation.