Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Lactalis : du lait infantile contaminé par la salmonelle

La production reprend sur le site Lactalis de Craon : une phase de test, sans commercialisation

jeudi 31 mai 2018 à 10:44 Par Charlotte Coutard, France Bleu Mayenne

L'activité reprend peu à peu sur le site Lactalis de Craon, lieu de contamination des laits en poudre pour bébés par des salmonelles fin 2017. Seule la tour de séchage n°2 fonctionne, en phase de test, sans commercialisation. La tour de séchage n°1, d'où est partie la contamination, est condamnée.

L'activité reprend partiellement sur le site Lactalis de Craon en Mayenne.
L'activité reprend partiellement sur le site Lactalis de Craon en Mayenne. © Maxppp - Maxppp

Craon, France

Le groupe laitier mayennais Lactalis a partiellement a remis en route son usine de Craon ce dimanche. C'est le site où a éclaté l'affaire des laits en poudre pour bébés, contaminés par des salmonelles, fin 2017.

Lactalis indique à France Bleu Mayenne, confirmant une information du journal Les Échos, qu'il s'agit d'une reprise partielle de l'activité. Seule la tour de séchage n°2 a redémarré, pas la tour de séchage n°1, à l'origine de la contamination, qui est définitivement condamnée. C'est en réalisant des travaux sur cette tour de séchage n°1 que la bactérie s'était propagée selon Lactalis. 

Le ministère de l'Agriculture et le préfet de la Mayenne ont donné leur accord.

Pas de commercialisation des boîtes

Le site était totalement à l'arrêt depuis six mois, depuis le 8 décembre (seule la partie production de fromages continuait à fonctionner). L'usine employait 327 salariés, mais beaucoup ont été affectés sur d'autres sites du groupe.

Selon Lactalis, il s'agit d'une phase de test. La tour n°2 produit du lait en poudre pour adultes et non infantile, sans commercialisation des boîtes. De nombreux tests sont réalisés sur les poudres. Les services de l'État surveillent également cette reprise de l'activité. 

"Nous procédons étape par étape en étroite collaboration avec l'Etat", a précisé le service de communication de Lactalis, dans le respect d'une "totale sécurité sanitaire". Les résultats des analyses devraient être connus sous deux semaines. Le préfet de la Mayenne pourrait alors ré-autoriser la commercialisation de la production.

On rappelle que 37 nourrissons avaient été atteints de salmonellose après avoir consommé un produit pour enfant, essentiellement de marque Milumel ou Picot, sorti de l'usine Lactalis de Craon. Le parquet de Paris a recueilli au moins 200 plaintes dans cette affaire.

L'association des familles de victimes scandalisée

De son côté l'association des familles de victimes "s'offusque d'une telle décision", "inacceptable". "Comment l'usine peut-elle redémarrer en toute discrétion alors qu'aucune explication officielle n'a été donnée sur les causes de la contamination aux salmonelles depuis 2005 ? " se demande-t-elle.

L'association réclame "l'arrêt immédiat de la production et un moratoire sur la reprise de l’usine tant que la cause exacte de la contamination n’aura pas été déterminée". "L'Etat semble avoir cédé à la pression de Lactalis en autorisant une remise en production sans avoir pu déterminer les causes de cette contamination", écrit l'association.