Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La prolifération des sangliers, un fléau de plus en plus inquiétant dans le Loiret

dimanche 16 septembre 2018 à 6:35 Par François Guéroult, France Bleu Orléans

C'est ce dimanche l'ouverture de la chasse dans le Loiret. Avec toujours plus de sangliers : les dégâts agricoles indemnisés par les chasseurs loirétains dépassent désormais la barre du million d'euros ; les propriétaires forestiers tirent à leur tour la sonnette d'alarme.

L'an passé, 15 000 sangliers ont été abattus par les chasseurs du Loiret, mais cela reste insuffisant pour juguler l'augmentation des populations
L'an passé, 15 000 sangliers ont été abattus par les chasseurs du Loiret, mais cela reste insuffisant pour juguler l'augmentation des populations © Maxppp - Christian Watier

loiret

C'est .le grand jour pour les 18000 chasseurs du Loiret : c'est ce matin à 8h l'ouverture de la chasse dans le département. Le gibier sera au rendez-vous, même si on observe une raréfaction des perdrix. Inquiétude aussi pour le lièvre, dont la phase de reproduction a été perturbée cette année - du coup, dans le Loiret il est interdit de chasser le lièvre avant le 30 septembre. Mais la principale préoccupation dans le département reste les sangliers, toujours de plus en plus nombreux.

L'an passé, la fédération des chasseurs du Loiret a dû verser aux agriculteurs 1,1 million d'euros au titre des dégâts provoqués par les sangliers : c'est presque deux fois plus qu'en 2010, où la somme s'élevait à 612.000€, alors que dans le même temps, le nombre de chasseurs ne cesse de diminuer, -2% par an, il y avait encore 30.000 chasseurs il y a 25 ans. "Il est évident qui si on continue comme ça, la gestion du montant des dégâts de gibier va devenir intenable, estime François Lecru, secrétaire général de la Fédération des chasseurs, qui chaque année pourtant sensibilise ses adhérents à "chasser le sanglier régulièrement, au moins une fois par mois". Non sans un certain résultat, puisque 15.000 sangliers ont été abattus par les chasseurs en 2017, mais cela ne suffit pas, visiblement, à juguler l'augmentation des populations.

24 fois plus de sangliers qu'il y a 40 ans"

"En région Centre Val-de-Loire, le nombre de sangliers a été multiplié par 24 en 40 ans", calcule Xavier Pesme, le directeur du Centre régional de la propriété forestière. Car les propriétaires forestiers eux aussi tirent la sonnette d'alarme : "Le sanglier se nourrit beaucoup de fruits forestiers (glands, châtaignes, etc) donc quand il y a beaucoup de sangliers, les fruits sont consommés trop largement pour permettre un renouvellement naturel ; ensuite, les plantations qui viennent d'être faites peuvent être retournées par les sangliers dans les jours qui suivent. C'est devenu un problème très important pour le renouvellement de la forêt, et il est grand temps qu'on prenne au sérieux ce sujet-là." Interview à écouter ci-dessous :

"Aujourd'hui il n'y a aucune indemnisation des dégâts des sangliers pour le monde forestier" - Xavier Pesme

Nous ne pouvons chasser que sur 60% du territoire"

Mais à la différence des dégâts agricoles, les dégâts forestiers provoqués par les sangliers ne font l'objet d'aucune indemnisation. La question a d'ailleurs été posée le 6 septembre dernier lors de l'installation par le gouvernement du "comité de lutte contre les dégâts de gibier" au sein duquel les propriétaires forestiers sont eux aussi représentés. Dans ce cas, prévient François Lecru, il faudra changer tout le système : "Nous avons l'obligation de financer 100% des dégâts agricoles alors que nous ne chassons que sur 60% du territoire national : le reste, ce sont des réserves naturelles privées ou d'Etat sur lesquelles on ne peut pas pratiquer la chasse, mais également des zones où le propriétaire foncier refuse la chasse. Or ces territoires-là deviennent de véritables réserves pour le sanglier qui est un animal opportuniste et intelligent, qui va trouver la quiétude là où il n'est pas dérangé. Il va falloir, à un moment donné, qu'on puisse agir et que tout le monde agisse en même temps sur l'ensemble du territoire." Interview à retrouver ici :

"Il n'y a pas d'autre solution que de chasser le sanglier régulièrement, au moins une fois par mois" - François Lecru

L'ouverture de la chasse aujourd'hui concerne donc le Loiret, jusqu'au 28 février 2019, mais pas les autres départements de la région Centre Val-de-Loire qui devront encore patienter une semaine pour ressortir les fusils, dimanche 23 septembre.