Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La région Ile-de-France dévoile son plan pour aider les "femmes à la rue"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris
Saint-Ouen

La région Île-de-France a dévoilé, ce 16 octobre, un rapport sur la situation des "femmes à la rue" et fait plusieurs propositions pour tenter de les reloger et de les réinsérer. Un centre d'hébergement ouvrira ses portes dans les prochains mois dans le 17e arrondissement de Paris.

Élina Dumont, comédienne, ancienne sans-abri, a été missionnée par la région Île-de-France pour rendre ce rapport sur les "femmes à la rue"
Élina Dumont, comédienne, ancienne sans-abri, a été missionnée par la région Île-de-France pour rendre ce rapport sur les "femmes à la rue" © Radio France - Hajera Mohammad

Ce vendredi 16 octobre 2020, la région Île-de-France a dévoilé son rapport sur les "femmes à la rue" et son plan pour les aider à en sortir et à se réinsérer dans la société.

40% des sans-domicile sont des femmes

D'après une enquête nationale de l'Insee (2012-2013), les femmes représentent près de 40% des 81.000 adultes sans-domicile, recensés aujourd'hui en France, par les structures d'accueil. Un chiffre sans doute sous-estimé selon les associations et d'après Élina Dumont, comédienne, autrice et ancienne sans-abri. Elle a été chargée de rédiger ce rapport pour la région.  

En Île-de-France, beaucoup de ces femmes vivent complètement en dehors des radars, "dans le bois de Vincennes, de Boulogne, dans les parkings souterrains de la Défense ou encore dans les transports". Elles sont moins visibles dans les rues. Beaucoup d'entre elles redoutent aussi de se retrouver dans des centres d'hébergements car elles ne s'y sentent pas en sécurité en présence d'autres hommes. Enfin, de jeunes mères vivent aussi dehors et la crise sanitaire actuelle du coronavirus n'arrange en rien leur situation, au contraire", répète Élina Dumont.

Ouverture d'un centre d'hébergement dans le 17e arrondissement de Paris

Pour les aider à se reloger mais surtout à se réinsérer dans la société, la région Île-de-France fait une dizaine de propositions. Elle annonce notamment l'ouverture dans les prochains mois d'une "maison régionale solidaire" au sein du quartier des Batignolles, dans le 17e arrondissement de Paris. Elle comptera 55 logements et sera destinée au priorité aux jeunes femmes qui sortent du parcours de l'Aide sociale à l'enfance (ASE) et se retrouvent parfois directement à la rue dès qu'elles atteignent leur majorité. Cette "maison" accueillera aussi des mères, en sortie de maternité, avec leur nourrisson et des femmes qui sortent de prison. 

Un accueil sans conditions

"L'accueil se fera sans conditions", insiste Valérie Pécresse. La présidente (Libres !) de la région participait à la présentation de ce rapport, en visio-conférence, car elle venait d'apprendre qu'elle était un "cas contact". Les femmes en situation irrégulière pourront être accueillies et cet accueil n'aura pas de durée limitée, même s'il est censé être "transitoire". "L'idée c'est d'aider ces femmes à franchir des marches parfois trop hautes pour s'en sortir toute seule", explique la présidente. Un accompagnement leur sera proposé pour les aider à trouver un emploi et un logement stable à terme.

10.000 kits d'hygiène seront distribués

"L'autre axe, c'est de travailler sur la dignité des femmes qui restent à la rue", ajoute Valérie Pécresse. Certaines, en effet, refusent de quitter la rue. La région va soutenir les associations pour qu'elles multiplient leurs maraudes de nuit avec des équipes mixtes, d'avantage composées de femmes pour rassurer celles à la rue. La région financera également 10.000 kits d'hygiène (produits de douche, protections hygiéniques) à hauteur de 30.000 euros. Ils seront collectés et distribués par l'Agence du don en nature.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess