Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La région propose d'ouvrir 5 à 10 lycées cet été pour loger les saisonniers à des prix abordables

-
Par , , France Bleu Loire Océan

Pour remédier au manque de saisonniers, qui fuient les loyers exorbitants sur la côte, le président du comité régional de tourisme des Pays de la Loire Franck Louvrier propose d'ouvrir jusqu'à une dizaine de lycées dans les prochaines semaines pour y loger des travailleurs.

Un camping sur la côte vendéenne à Saint-Hilaire-de-Riez.
Un camping sur la côte vendéenne à Saint-Hilaire-de-Riez. © Radio France - Marc Bertrand

Pays de la Loire, France

Avec le début de la saison estivale, les professionnels du tourisme sont de nouveau confrontés à une problématique : la pénurie de saisonniers.  En cause, le manque cruel d'hébergement ou de locations sans tarifs exhorbitants.  Le président du comité régional de tourisme Franck Louvrier propose une solution : ouvrir entre 5 et 10 lycées, qui sont fermés l'été, pour y accueillir des saisonniers.

On est en train de travailler là-dessus, il y a déjà une expérience de faite au lycée des Sables-d'Olonne et on compte peut-être généraliser cette méthode et cette façon de pouvoir soutenir l'ensemble des professionnels du tourisme"
- Franck Louvrier, conseiller régional

La région des Pays de la Loire a accueilli 18 millions de touristes, l'an dernier. Et elle veut attirer encore plus cette été. En saison estivale, on passe de 53.000 à 62.000 emplois dans le secteur touristique. Mais les saisonniers sont payés au SMIC horaire pour la plupart. Ils ont beaucoup de mal à trouver un logement abordable, surtout sur la côte en haute-saison. "Quand tu fais le calcul, si tu as 800 euros de loyer et que tu es payé 1.400 euros par mois, je comprends que beaucoup trouvent que ça ne vaut pas la peine", estime Eric, habitué des saisons sur le littoral vendéen.

Le système expérimenté aux Sables-d'Olonne

Lui est logé dans le camping où il travaille à Saint-Hilaire-de-Riez, et ça fait toute la différence. Dans le camping voisin, plus petit, c'est "trop cher" de réserver un bungalow pour les employés. Résultat, on vient d'entrer dans le mois de juillet, mais la gérante cherche encore une personne : "Leboncoin, les annonces, les agences d'intérim, le relationnel... on cherche partout. Cela devient critique, parce qu'après le 10 juillet, le coeur de la saison débute".

Ouvrir les lycées, pourquoi pas. Par contre, il faut faire attention aux moyens de transport. Souvent les saisonniers ne sont pas véhiculés ou ils ont juste un scooter" - Denise, gérante de camping à Saint-Hilaire-de-Riez

Le système est déjà expérimenté aux Sables-d'Olonne, avec 60 chambres ouvertes l'été au lycée professionnel Tabarly. Les mairies n'ont pas attendu la région pour s'organiser. A Saint-Hilaire, la mairie a créé une plate-forme pour mettre en relation les gens qui laissent leur maison vide l'été ou les retraités et les saisonnier en quête de petits loyers. Une trentaine d'entre eux ont été hébergés l'an dernier grâce à ce système. 

Le problème de la mobilité

Le maire Laurent Boudelier trouve également que l'ouverture des lycées serait une bonne idée : "D'ailleurs le lycée de Saint-Gilles-Croix-de-Vie sera ouvert aux saisonniers l'été dès son ouverture en 2021". Mais pour l'instant, des lycées, il n'y en a qu'à Challans et aux Sables. Même si un bus relie Challans et Saint-Hilaire, c'est un peu loin quand on travaille de bon matin. Franck Louvrier a également une proposition qui rejoint cette question.

Maintenant la région a pris en charge les transports et donc on peut essayer de s'adapter pour permettre d'amener, de ramener dans des lieux un peu plus éloigné des lieux touristiques, ces jeunes salariés qui veulent travailler plus facilement sur notre territoire"
- Franck Louvrier

Pour Laurent Boudelier, la réponse à ce manque de saisonniers viendra avant tout des professionnels : "Les pouvoirs publics peuvent aider, bien sûr. Mais c'est aux syndicats du secteur de prendre le problème à bras-le-corps et de trouver les financements, d'imaginer des solutions. Quand on organise des réunions sur la question, ils ne sont pas souvent présents"