Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

La relance éco : à Nîmes, les arènes attendent les visiteurs

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Elles étaient vides depuis la mi-mars, depuis le début du confinement. Les arènes de Nîmes rouvrent au public ce mardi 2 juin avec de nouvelles conditions : réservation en ligne avec créneau horaire, masque obligatoire et pas plus de 60 visiteurs par heure.

Christophe Beth, directeur des arènes de Nîmes
Christophe Beth, directeur des arènes de Nîmes © Radio France - Philippe Thomain

Mardi 2 juin les arènes de Nîmes rouvrent leurs portes, mais dans des conditions très différentes. Après 77 jours de fermeture liée au Covid-19, plus question d'arriver au guichet à l'improviste. Pour visiter les arènes, il faut obligatoirement réserver en ligne, en choisissant un créneau horaire. Les visiteurs seront admis au nombre de 15 maximum par quart d'heure. Le temps de visite reste libre, généralement les gens restent une heure, une heure et demie, soit 100 personnes au maximum dans les 10.000 mètres carrés du bâtiment, ce qui laisse de la place pour respirer.

Une visite sous conditions

Toutefois, avant d'entrer dans ces arènes, vous devrez porter un masque qui ne sera pas fourni. Pas d'audio-guide non plus, juste une documentation écrite. De plus, il y aura prise de température. Bien sûr, des bornes de gel hydroalcoolique seront à votre disposition, à l'entrée ainsi qu'à la sortie. Et durant la visite, les guides veilleront à ce que des groupes ne se constituent pas. Une visite qui est par ailleurs inchangée dans son parcours, tous les espaces étant suffisamment vastes.

Une reprise très progressive

Avec le retour espéré des visiteurs, c'est aussi le retour des salariés, en petit nombre. Des salariés de Culturespaces, la société qui exploite 14 sites culturels en France dont ces arènes. Si en pleine saison les arènes emploient une quarantaine de personnes, 25 titulaires et une quinzaine de saisonniers, ils ne seront que sept pour la réouverture. Pas de saisonnier et les titulaires non employés restent en chômage partiel. Une reprise très progressive car Christophe Beth, directeur du site, ne sait pas à quelle vitesse reviendront les visiteurs.

Les touristes étrangers reviendront-ils ?

La clientèle internationale : Espagnols, Allemands, américains et autres représentent 30% de la clientèle habituelle. "La dynamique est à la baisse", explique Christophe Beth pour qui cette clientèle étrangère est définitivement perdue cette année. Toutefois, il parie sur l'avenir : "Les gens n'auront pas envie de reprendre une vie comme avant, mais envie de reprendre une vie normale. Et dans une vie normale, il y a ce goût pour l'histoire, ce goût pour l'art, qui va ramener des gens forcément vers des monuments comme les arènes de Nîmes."

Un an pour un retour à la normale

Deux mois et demi sans rentrée d'argent, le trou d'air est d'importance pour les arènes comme pour tous les acteurs économiques. Et encore reconnaît Christophe Beth : "Nous ne sommes pas les plus à plaindre de la ville de Nîmes." Mais le directeur du site ne voit pas ce trou se résorber en quelques mois. Pas de concerts cet été, les Grands Jeux Romains reportés à l'automne, des interrogations toujours sur la tenue des Nuits de Nemaus début août. "Il nous faudra un an pour retrouver, dit-il, non pas une fréquentation identique à celle de l'an passé, mais au moins cohérente avec la réputation des arènes de Nîmes."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu