Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

La relance éco : en Mayenne une hausse des prix des fruits et légumes sur les marchés

-
Par , France Bleu Mayenne

C'est une des conséquences de la crise sanitaire : les prix des fruits et des légumes frais ont augmenté d'après l'association de consommateurs Familles Rurales. Illustration à Château-Gontier-sur-Mayenne où les consommateurs ne boudent quand même pas leur plaisir sur le marché.

Le marché de Château-Gontier-sur-Mayenne à l'heure de l'été
Le marché de Château-Gontier-sur-Mayenne à l'heure de l'été © Radio France - Martin Cotta

Vous l'avez peut-être constaté en magasin ou au marché. Les prix des fruits et légumes ont augmenté. De +17% en conventionnel et de +6% en bio pour les fruits. De +4% en conventionnel et de +1% pour le bio concernant les légumes d'après Familles Rurales. L'association de consommateurs vient de réaliser pour la 14ème année consécutive son Observatoire des prix des fruits et des légumes frais. 

À Château-Gontier-sur-Mayenne, les maraîchers ne le cachent pas : oui les prix ont augmenté ! "Les petits pois par exemple. En général ils sont à 4€90 le kilo mais cette année on est à 6€90" déclare Jo, un vendeur breton qui a ses habitudes dans le Sud-Mayenne. "On a récolté même pas la moitié de ce qu'on a semé. Ça le public ne le sait pas mais on a perdu énormément de graines et d'heures de travail à cause du confinement" justifie t-il. 

Sur les étales, les nectarines, les poires et les cerises sont les fruits qui ont le plus augmenté au kilo d'après l’association Familles Rurales. Un mécanisme presque inévitable pour Adrien maraîcher du département. "On est obligé de répercuter les conséquences de la crise sur nos produits, mais l'objectif ce n'est pas non plus de refroidir les gens. On a déjà tous les supermarchés qui nous font de la concurrence presque déloyale donc on tente de se positionner sur la qualité et sur le contact avec les clients" argumente le jeune homme. 

Des consommateurs toujours là

Élément d'importance : cette hausse des tarifs n'a pas fait fuir les consommateurs visiblement se réjouit le professionnel. "Les gens n'ont aucune envie de retourner s'enfermer dans les grandes surfaces. Ils ont besoin d'aller dehors, ils ont besoin de voir des gens sourire, ils ont besoin d'enlever leurs masques une fois de temps en temps, ils ont besoin de vivre" poursuit Adrien. La preuve entre les étales à Château-Gontier-sur-Mayenne, avec Pauline et Cyril qui ont deux enfants. "_Les fruits et les légumes frais font partie de notre base alimentaire donc le prix n'est pas le premier critère qui nous intéress_e" explique le père de famille. "On aime mangé bio et bien mangé c'est important" termine la maman.  

Brigitte n'est pas non plus du genre à regarder son porte-monnaie quand elle achète des fruits ou des légumes frais. "Il faut vraiment aller voir les producteurs pour avoir des prix qui correspondent à la valeur du fruit ou du légumes. Eux ils ont aussi le droit à leur marge, de vivre comme tout le monde. Donc 8€ le kilo de haricot c'est un prix correct" explique la Castrogontérienne.  Et donc le premier des conseils pour acheter des fruits ou des légumes au juste prix : c'est le respect de leur saisonnalité.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess