Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : la Covid-19 perturbe les habitudes des randonneurs

-
Par , France Bleu Azur

Avec le coronavirus, les randonneurs sont moins nombreux à dormir dans les refuges de montagne c'est le cas au refuge de la Cougourde dans le Parc National du Mercantour.

Le refuge de la Cougourde est accessible aux familles. Il est à 2h de marche du Boréon.
Le refuge de la Cougourde est accessible aux familles. Il est à 2h de marche du Boréon. © Radio France - Justine Leclercq

Cet été 2020 est un été un peu particulier pour Manuel Putelat, gardien du refuge de la Cougourde au dessus du Boréon. Avec le coronavirus, la saison a démarré tardivement, le 13 juin dernier. Et il y a aussi moins de randonneurs qui viennent dormir dans le petit refuge à 2.100 mètres d'altitude. Le gardien a deux fois moins de monde le soir comparé aux étés précédents. Une baisse des nuitées contrebalancée par une bonne fréquentation du refuge la journée. 

Des cloisons amovibles dans les dortoirs

Avec la Covid-19, Manuel Putelat a dû réduire la capacité d'accueil du refuge, elle est passée de 40 à 32 places. Le gardien a aussi des cloisons amovibles pour séparer les randonneurs dans les dortoirs. Autre mesure prise avec le coronavirus, tous les matins l'équipe du refuge désinfecte les lits et les poignées de porte. Un travail fastidieux mais nécessaire pour pouvoir accueillir les marcheurs, reconnait Manuel Putelat.  Les randonneurs, eux, doivent signer une charte

"C'était un pari d'ouvrir cet été."

Pour la première fois en quatre ans, Manuel Putelat a ouvert le refuge tout seul en juin. Pour les deux mois d'été, il a recruté la même équipe vu les contraintes avec le coronavirus. Le gardien du refuge a fait le pari d'ouvrir. Il devrait s'en sortir même si les nuitées sont en baisse.

Une matinée avec le gardien du refuge de la Cougourde

Choix de la station

À venir dansDanssecondess