Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

La relance éco : les lecteurs ne sont pas au rendez-vous à la bibliothèque Gambetta, à Orléans

-
Par , France Bleu Orléans

La bibliothèque Gambetta, à Orléans, a rouvert ses portes depuis début juillet. C'est la plus grande du réseau parmi les six médiathèques de la ville. Mais depuis la fin du confinement, les lecteurs ne sont pas au rendez-vous.

La bibliothèque Gambetta construite en 1994 sur 7.000 mètres carré et 4 étages, accueillait avant le confinement jusqu'à 2.000 visiteurs les grosses journées.
La bibliothèque Gambetta construite en 1994 sur 7.000 mètres carré et 4 étages, accueillait avant le confinement jusqu'à 2.000 visiteurs les grosses journées. © Radio France - Alexandra Lagarde

Dans le hall d'entrée de la bibliothèque, Jean-Michel Azanneau, le conservateur des bibliothèques d'Orléans, montre le parcours que doivent suivre les lecteurs en entrant, pour déposer notamment les ouvrages qu'ils ont empruntés. "Chaque livre emprunté doit être déposé dans ce sas. Ils y restent pendant 48 heures, on ne les touche pas, et quand le temps est écoulé, on les remet en rayon." 

Baisse de moitié de la fréquentation depuis la réouverture

Le parcours est bien défini, mis en place dès la réouverture début juillet. Et malgré ces mesures sanitaires strictes, les lecteurs ne sont pas au rendez-vous dans les six bibliothèques de la ville d'Orléans, et notamment à celle de Gambetta. "On reçoit entre 300 et 350 visiteurs chaque jour depuis le début de l'été, alors que d'habitude, sur cette période, on reçoit le double en moyenne" explique Jean-Michel Azanneau. Selon le conservateur, deux raisons principales permettent d'expliquer cette baisse de fréquentation. "Les gens n'ont pas le droit de rester, de s'installer, alors ils ne font que passer rapidement mais ne prennent pas de livre, et puis une autre grande partie des abonnés n'osent pas revenir du fait de la situation sanitaire."

Arrêt du drive "click and collect"

Pour réduire cette baisse et faire revenir les lecteurs, Jean-Michel Azanneau et son équipe s'interrogent sur l'évolution des services à proposer."On avait mis en place un service de drive appelé "click and collect" pendant le confinement, ça a très bien fonctionné puis on l'a arrêté au moment de la réouverture mais en fait on s'aperçoit que les gens ne reviennent pas dans les bibliothèques et préfèrent le système du drive." 

Mais les équipes manquent de moyens comme le rappelle Florence Le Gouellec, responsable des activités culturelles dans les bibliothèques de la ville. "Pendant le confinement, on préparait jusqu'à 100 pochettes pour le drive. On ne peut pas répondre à la demande et en même temps assurer le fonctionnement de la bibliothèque. Pas pour l'instant en tout cas." 

Lectures dans les parcs de la ville 

En attendant de trouver un moyen de faire revenir les lecteurs dans les bibliothèques, Florence Le Gouellec a décidé d'aller directement à la rencontre des lecteurs. "On organise tous les jours cet été des sessions de lecture dans les différents parcs de la ville. L'idée est de proposer des lectures collectives pour les petits comme pour les grands sur des thématiques bien définies. On va chercher les lecteurs, on se montre. Nous sommes aperçus que ces ateliers permettaient de répondre aux questions des abonnés et lecteurs qui ne savaient pas si les bibliothèques avaient rouvertes, etc." Dès la rentrée, au mois de septembre, les expositions et les concerts devraient également reprendre dans les six bibliothèques de la ville.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess