Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

"La relance éco" : port du masque obligatoire prévient le patron d'un restaurant de la Mayenne

-
Par , France Bleu Mayenne

Tout les matin France Bleu Mayenne vous raconte la France qui se relance en accompagnant les associations, les artisans, les entreprises. Et ce mardi nous évoquons évidemment la réouverture des restaurants et des cafés de la Mayenne avec Éric Jouanen, le président de l'UMIH 53.

Bars (illustration)
Bars (illustration) © Maxppp - Clementz Michel

Les gérants doivent avoir le sourire, eux qui ont dû fermer boutique brutalement mi-mars à cause du coronavirus. En Mayenne, quasiment 100% des établissements ont été concernés par des mesures de chômage partiel. Dès ce mardi, vous pouvez donc aller au bar ou au restaurant mais sous certaines conditions. Éric Jouanen le, président départemental de l'Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie et patron du restaurant de la Bastide d'Elva à Changé, nous en précise les contours. 

Boire un verre oui, manger un morceau oui, mais pas de la même façon qu'avant l'épidémie de coronavirus ? 

Et non. Dans un bar classique, tout le monde doit être assis, personne ne reste debout. Dans les restaurants le client doit arriver avec un masque, c'est très important. On peut refuser un client qui n'en a pas. Il faut essayer de réserver le plus en amont possible du coup. Il faut du bons sens dans tout ça. Ce sont des contraintes mais elles visent à améliorer la situation. 

Dès le début du confinement, plusieurs assurances ont refusé de couvrir les pertes de certains établissements, engendrées par leur fermeture brutale. Ces assurances sont pourtant censées être là pour faire face à des situations imprévues. Cela vous a choqué ? 

Qui aurait prédit il y a un an que cette épidémie allait nous tomber dessus ? Personne. Si vous sollicitez votre assurance pour une perte d'exploitation mais qu'il n'y a rien marqué en dessous dans le contrat et bien... voilà. Dans certains contrats il n'y a pas d'indications spécifiques donc elles sont obligées de payer. 

Nous retrouvons une certaine forme de liberté aujourd'hui. Mais le Premier ministre a répété la semaine dernière qu'il fallait rester vigilant. On doit donc se limiter dans le nombre de fois où nous allons dans les bars et les restaurants ?

C'est du bon sens. Il faut réfléchir. Le protocole sanitaire actuel est valable du 2 au 22 juin. Mais si jamais l'épidémie redémarre dans trois semaines attention. Il vaut mieux être prudent et porter un masque. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu