Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"La relance éco" : près d'Entrammes, le nombre de repas livrés par l'ADMR est multiplié par trois

-
Par , France Bleu Mayenne

Chaque jour, France Bleu Mayenne s'intéresse à une entreprise ou un secteur emblématique de notre département qui se relance avec le déconfinement. Coup de projecteur sur l'ADMR qui est passée de 300 à 1 000 repas distribués par mois depuis le confinement.

L'ADMR est passé de 300 repas à 1 000 repas portés par mois, depuis le confinement.
L'ADMR est passé de 300 repas à 1 000 repas portés par mois, depuis le confinement. © Radio France - Aurore Richard

L'ADMR, ce service à la personne qui vous permet de recevoir directement chez vous des repas a connu un véritable boom pendant le confinement chez nous en Mayenne, sur le secteur d'Entrammes, Argentré, Forcé. Le nombre de repas portés a carrément triplé à cette période et les bénéficiaires restent fidèles, même depuis le déconfinement. Le volume de commandes ne faiblit pas. 

Emilie de l'ADMR commence par préparer toutes les barquettes à partir de 7 heures, et puis elle part en tournée jusqu'à midi. Elle a par exemple six personnes âgées à livrer sur la commune d'Argentré. Ce service est devenu indispensable à Alain qui en bénéficie depuis deux mois. "C'est plus pratique parce que je ne peux plus marcher. Je suis tombé de l'escalier et je suis encore paralysé", explique-t'il. 

La préparation des repas dans les barquettes est réalisée à partir de 7 heures le matin, à Entrammes.
La préparation des repas dans les barquettes est réalisée à partir de 7 heures le matin, à Entrammes. © Radio France - Aurore Richard

Malgré tout, il n'y a pas que le repas qui compte, Emilie est aussi une présence pour toutes les personnes âgées chez qui elle se rend. Ces discussions étaient encore plus précieuses pendant le confinement.

Masque et gel à disposition

Cette épidémie a d'ailleurs changé la routine d'Emilie. Avant de se rendre chez une personne, elle se désinfecte obligatoirement les mains au gel hydroalcoolique et depuis le confinement, elle ne quitte pas son masque en présence des bénéficiaires. 

Elle a même fait une dépistage gratuit pour rassurer les bénéficiaires, surtout qu'il y en a désormais beaucoup plus sur le secteur. Bruno par exemple est nouveau, il se fait livrer depuis le mois de mars. "Avant, j'avais des repas par la cantine de la commune. Avec le confinement, elle a fermé donc je me suis tourné vers l'ADMR", souligne Bruno qui continue à faire appel à l'association. 

Emilie porte le masque tout au long de sa tournée et c'est le cas depuis le début du confinement.
Emilie porte le masque tout au long de sa tournée et c'est le cas depuis le début du confinement. © Radio France - Aurore Richard

Bruno n'était pas le seul dans cette situation. L'ADMR est passée de 300 à 1 000 repas par mois avec le confinement. Alors, au début, la commune d'Entrammes leur a prêté un véhicule électrique pour assurer cette grosse tournée, l'ADMR doit maintenant se débrouiller sans. Emilie livre donc 25 repas par jour au lieu de 12. 

Bientôt des portages par triporteur électrique ?

Pour le bourg d'Entrammes, Yves Gibon, le président de l'ADMR a trouvé une solution :  un petit chariot. "C'est un petit véhicule pour se déplacer à pied, on peut emmener deux glacières avec huit ou neuf repas dedans, et comme cela, on assure la livraison aux six clients dans les rues", décrit-il. 

Le président de l'ADMR sur le secteur d'Entrammes, Yves Gibon a imaginé ce petit chariot pour distribuer des repas à pied.
Le président de l'ADMR sur le secteur d'Entrammes, Yves Gibon a imaginé ce petit chariot pour distribuer des repas à pied. © Radio France - Aurore Richard

Yves Gibon réfléchit même à investir dans un triporteur électrique avec une autonomie de 50 kilomètres.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess