Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La réouverture délicate des boutiques de prêt-à-porter

-
Par , France Bleu Occitanie

Dans le calendrier du déconfinement, le gouvernement a autorisé les boutiques à accueillir les clients après presque un mois et demi de fermeture. Il faut rappeler les fournisseurs, réorganiser son commerce et préparer ses stocks sur fond de coronavirus et protocole sanitaire strict.

Les commerçants pourront aussi continuer le click and collect.
Les commerçants pourront aussi continuer le click and collect. © Radio France - Julie Seniura

À partir du 19 mai, on pourra de nouveau se rendre en magasin pour acheter nos vêtements sur place. Les commerces vont devoir jongler entre une forte demande des clients et le protocole sanitaire imposé. Pour les gérants, le retour à la "normale" n'est pas simple. Il faut garnir les rayons, préparer son magasin et ses stocks. Pour beaucoup, l'accumulation des fermetures commencent à se faire ressentir.

Un mois d'avril très compliqué

Pour les commerçants, c'est difficile de se projeter. Près de la Place du Capitole, Laure Soustiel de la boutique L'Escale 66 a mal vécu ce troisième confinement. Entre les fournisseurs et le personnel, elle doit à nouveau se préparer pour une énième réouverture.

"On n'a pas pu travailler, le click and collect n'a pas du tout marché. On se retrouve avec des stocks incroyables et on ne sait pas comment les écouler. On a beaucoup de demandes de clients qui veulent pousser la porte quand même parce qu'elles ont envie d'acheter. On est obligé de les refuser et ça nous fait mal au cœur." 

Pour Paul, gérant d'une boutique de prêt-à-porter pour homme dans le centre-ville de Toulouse, ce calendrier du déconfinement est mal pensé. Il craint des nouvelles fermetures : "On va nous déconfiner tous en même temps. Je pense qu'il y a une erreur dans le confinement, on aurait dû laisser les petits commerçants ouvrir d'abord et les centres commerciaux en suivant" regrette-t-il. 

Les limites du "click and collect"

À ce sujet, quelques Toulousains se sont confiés sur cette réouverture des boutiques le 19 mai. La plupart ont hâte de pouvoir essayer en magasin et flâner, par exemple, dans la rue Alsace-Lorraine. Mais les achats sur Internet et le click and collect repoussent de plus en plus les clients. C'est le cas de Charles, étudiant toulousain : "le click and collect j'en ai marre. J'ai perdu l'envie d'aller en ville avec le retrait des commandes. J'ai un peu perdu cette attirance-là" affirme l'étudiant.

Nous avons les arrivages de marchandises alors qu'on n'a pas pu écouler l'ancien stock - Laure Soustiel, gérante de L'escale 66 à Toulouse

Les centres commerciaux (Fenouillet, Blagnac, Balma Gramont, etc.) ouvriront de nouveau leurs portes le 19 mai.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess