Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La résistante Noëlla Rouget est morte à l'âge de 100 ans

-
Par , France Bleu

La résistante Noëlla Rouget est morte ce dimanche à Genève à l'âge de 100 ans. Elle fut connue pour avoir demandé la grâce de son bourreau, l'homme qui la déporta et fit exécuter son fiancé.

Noëlla Rouget est décédée à Genève dimanche à l’âge de 100 ans.
Noëlla Rouget est décédée à Genève dimanche à l’âge de 100 ans. © Maxppp - Grégory YETCHMENIZA

Noëlla Rouget, résistante pendant la Seconde Guerre mondiale, est morte ce dimanche à Genève à l'âge de 100 ans, rapporte franceinfo, confirmant une information de plusieurs autres médias. Cette ancienne institutrice s'est battue pour faire gracier celui qui avait entraîné sa déportation et l'exécution de son fiancé.

"Une partisane de la liberté"

Emmanuel Macron salue dans un communiqué "une partisane de la liberté qui donna aux valeurs de fraternité et de pardon leur incarnation la plus haute. Il adresse à sa famille et ses proches ses condoléances émues", indique franceinfo.

Noëlla Rouget (née Peaudeau) est née à Saumur (Maine-et-Loire) le 25 décembre 1919. Elle entre dans la résistance en 1941, alors institutrice, en tant qu'agente de liaison pour un mouvement gaullien puis pour un réseau crée par les services d’espionnage britanniques. 

En juin 1943, elle est arrêtée avec son fiancé, Adrien Tigeot, qui fut torturé et fusillé peu de temps après. Noëlla elle, fut déportée à Ravensbrück. Elle restera quatorze mois dans ce camp que l'on surnomme l'enfer des femmes.

Elle refuse la peine de mort pour son bourreau

Vingt ans après la fin de la guerre, un Français passe devant la justice : Jacques Vasseur qui est responsable de plus de 310 déportations en seulement deux ans, dont 230 morts. Il est également responsable de l'arrestation de Noëlla et sa déportation, mais aussi la mort de son fiancé. La résistante, opposée à la peine capitale, contre l’esprit de vengeance, seule parmi 200 témoins, appela le général de Gaulle à commuer la peine de mort en peine de prison à vie. Elle obtient gain de cause qu'elle obtint en 1966.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess