Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La Rochelle : homosexuels, ils ont dû fuir la Tunisie

-
Par , France Bleu La Rochelle

Deux couples binationaux, Français et Mauricien pour l'un, Français et Tunisien pour l'autre, ont fui la Tunisie, qui pénalise l'homosexualité. Revenus à La Rochelle, d'où les deux Français sont originaires, ils souhaitent une aide de la part des services de l'Etat.

Thierry et Yoan, l'un des deux couples binationaux ayant fui la Tunisie avant d'être arrêtés pour homosexualité.
Thierry et Yoan, l'un des deux couples binationaux ayant fui la Tunisie avant d'être arrêtés pour homosexualité. © Radio France - Damien Triomphe

La Rochelle, France

Christophe, et son mari Mehdi, et Thierry, avec son compagnon Yoan, tenaient un hôtel à Carthage, au nord de Tunis, depuis 4 ans. En octobre dernier, le service juridique du consulat de France convoque Thierry, et lui apprend que leur arrestation pour homosexualité est imminente. "Ils m'ont dit qu'on allait être arrêté très vite, et qu'il fallait fuir la Tunisie très rapidement" raconte Thierry. Il apprend également que leurs téléphones sont mis sur écoute, dans le cadre d'une enquête qui dure depuis six mois, pour prouver leur homosexualité, et organiser leur arrestation de nuit, "c'est à dire pris sur le fait, en flagrant délit" ajoute-t-il. L'homosexualité est considérée comme un crime en Tunisie.

En quelques jours, ils chargent une voiture avec un maximum d'affaires, et prennent le bateau, direction l'Italie puis la France. Fin octobre, ils reviennent à la Rochelle, d'où Thierry et Christophe sont originaires, et sont hébergés par la famille de ce dernier. Ils ont aujourd'hui pris un appartement en colocation.

"C'est sûr qu'on aurait pas eu les relations qu'on avait au sein du personnel du consulat, on n'aurait pas été prévenu de cette manière-là" pense Christophe. En effet, certains membres du personnel ont fait partie de leur ancienne clientèle, à l'hôtel. Mais, même si elle leur a permis de fuir avant d'être arrêtés, les couples estiment que l'ambassade a très mal géré la situation, et les a trop rapidement lâché.  "Moi ce que je reproche, c'est qu'il n'y a eu aucun accompagnement dans le départ. Nous sommes partis par nos propres moyens. Ils savaient qu'on avait toutes nos affaires là-bas. Ils savaient qu'on rentrait à La Rochelle", poursuit Christophe, "le préfet de Charente-Maritime aurait pu être prévenu pour faciliter les procédures."

Mehdi est Tunisien, et Yoan, Mauricien. Les deux Français espèrent que les autorités faciliteront les procédures pour que leurs conjoints, avec qui ils sont soit marié soit pacsé, puissent obtenir le droit de travailler en France. Tous espèrent également pouvoir récupérer leurs biens, ou au moins en partie. Selon leurs informations, leur hôtel a été pillé, et beaucoup de leurs affaires vendues. Et leurs autorisations de séjour sur place supprimées.

En Tunisie, les homosexuels risquent 3 ans de prison

L'article 230 du Code pénal tunisien punit la sodomie et le lesbianisme de trois ans de prison. Sur place, plusieurs associations de défense des droits des homosexuels, comme Shams, réclament l'abrogation de cette loi, et la fin de l'homophobie, qui s'est développée ces dernières années en Tunisie. Les associations ont dénombré plus de 60 arrestations pour délit d'homosexualité l'an passé en Tunisie.