Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : le tireur en fuite identifié

Société

La SaintéLyon dans les hameaux de Saint-Christo-en-Jarez : "c'est féérique"

samedi 2 décembre 2017 à 4:48 Par Noémie Philippot, France Bleu Saint-Étienne Loire

Ils seront 17 000 à se lancer ce soir dans la SaintéLyon. 7000 sur le parcours emblématique de 72 kilomètres. Un circuit mythique, à travers la forêt, les collines et aussi quelques hameaux et lieu-dit comme celui de Maison-Neuve, près de Saint-Christo-en-Jarez. Un moment magique pour les habitants.

7000 coureurs passeront par la seule rue du lieu-dit de Maison Neuve, avant de passer la crête en direction de Saint-Christo-en-Jarez.
7000 coureurs passeront par la seule rue du lieu-dit de Maison Neuve, avant de passer la crête en direction de Saint-Christo-en-Jarez. © Radio France - Noémie Philippot

Saint-Christo-en-Jarez, France

Ce soir c'est le départ de la mythique SaintéLyon ! 17000 coureurs sont inscrits. Parmi eux 7000 s'élanceront vraiment de Saint-Etienne pour une course de 72 kilomètres jusqu'à Lyon. Un parcours à travers la forêt, les collines et aussi quelques hameaux et lieux dit, comme celui de Maison Neuve, un peu avant Saint-Cristo-en-Jarez, le premier point de ravitaillement.

Maison Neuve, c'est quelques maisons dans le creux de la colline, une rue et c'est tout ! Et les coureurs vont tous passer ici, entre minuit et trois heures du matin, un pique de fréquentation annuel pour ce lieu. Mais les coureurs sont discrets.Josy et Gérard habitent ici depuis trois ans, et ils ont souvent raté la course : "Je me disais : on va entendre et puis on se lèvera, mais on n'a rien entendu" dit Josy en riant. Une fois seulement, ils ont réussi - parce qu'ils rentraient tard d'une soirée entre amis. Le moment était magique : "On les avaient vu à cinq ou six kilomètres d'ici, et on ne voyait qu'une traînée de lumière" se souvient Gérard. Et Josy de compléter "A minuit, une heure, je ne sais pas quelle heure c'était, on a vu toutes ces lumières ... Ça, c'était magnifique."

Les flèches jaunes fluo de la course sont placardées tout le long de la seule rue de Maison Neuve. - Radio France
Les flèches jaunes fluo de la course sont placardées tout le long de la seule rue de Maison Neuve. © Radio France - Noémie Philippot

Marc habite un peu plus haut dans la rue, et lui c'est un fidèle : tous les ans, il veille en regardant la télévision pour attendre les coureurs. Pour, la SaintéLyon, c'est une institution : "Faut dire que c'est un peu féerique de voir toutes ces lumières. On voit une ligne sur les collines, qui circule, on dirait un serpentin. C'est tout illuminé, et c'est vraiment joli, raconte-t-il, et on voit les souvenirs défiler dans ses yeux. Et puis ce qu'on admire, c'est le courage de tous ces gens qui font ça pour le sport. On ne reste pas pendant trois heures, parce qu'il ne fait pas très chaud, mais on les regarde passer." Pour ça, il n'a qu'à faire quelques mètres une fois sorti de chez lui, ou monter jusqu'à la crête pour profiter d'une vue panoramique sur les collines et voir la ribambelle de frontales s'étirer sur des kilomètres.

Marc regarde tous les ans passer les coureurs de la SaintéLyon. Une institution, et surtout un moment hors du temps pour lui.

La neige est déjà là, mais rien d'exceptionnel pour une SaintéLyon

Pour Marc, un des critères pour sortir voir les coureurs plus ou moins longtemps, c'est le froid ! Et cette année, la neige est déjà là. Pour Michel Sorine, le responsable de la course, cela n'a rien d'exceptionnel : "On est loin des cumuls de neige des années 2010 ou 2012, où c'était difficile de progresser. Là ça va être des conditions hivernales, habituelles sur la SaintéLyon, avec du froid, un peu de boue, du vent, explique-t-il. Une SaintéLyon en short avec 10 degrès, ce ne serait pas une SaintéLyon, il faut un minimum de piquant !"