Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La saison des moules de bouchot est officiellement lancée !

mercredi 26 juillet 2017 à 17:26 Par Lola Fourmy, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu

Les producteurs de moules de bouchot de la baie du Mont-Saint-Michel viennent de commencer la récolte des moules et ont lancé les premiers envois. La moule de bouchot du Mont-St-Michel est le seul produit de la mer à bénéficier d’une AOP. Reportage chez l'un des mytiliculteurs de la région.

Les sacs de moules de bouchots près à être expédiés.
Les sacs de moules de bouchots près à être expédiés. © Radio France - Lola Fourmy

Le Vivier-sur-Mer, France

L’entreprise de mytiliculture de Rémi Hurtaud et ses trois associés, au Vivier-sur-mer, est l’une des plus importantes de la baie du Mont-Saint-Michel. En six mois – entre juillet et janvier – 700 tonnes de moules de bouchot sortent de leur atelier.

Les Hurtaud, installés au Vivier-sur-mer, en Ille-et-Vilaine, sont mytiliculteurs depuis sept générations. Entre 1941 et aujourd’hui les méthodes ont évidemment bien changées comme le raconte Rémi Hurtaud : "mon père partait pêcher les moules en bateau à voile, en vent debout, et n’en ramener pas beaucoup. Nous aujourd’hui, à deux sur le bateau, on ramène quand il fait beau jusqu’à dix tonnes."

Reportage chez un mytiliculteur au Vivier-sur-mer

L’entreprise emploie sept salariés, plus d’éventuels saisonniers quand ils en ont besoin. Ils se répartissent alors entre la récolte en mer, le nettoyage, le tri mais aussi l’élevage des mollusques. Les moules de bouchot – qui portent ce nom car elles grandissent accrochées à un piquet appelé bouchot – arrivent à maturité au bout d’un an environ. Les mytiliculteurs doivent donc à la fois gérer la pêche de celles arrivées à termes et l’élevage des plus petites.

Rémi Hurtaud, l'un des trois patrons de la GAEC Hurtaud-Restoux - Radio France
Rémi Hurtaud, l'un des trois patrons de la GAEC Hurtaud-Restoux © Radio France - LF

Le seul produit de la mer classé AOP

La moule de bouchot du Mont-Saint-Michel est en effet le seul produit de la mer classé AOP (appellation d’origine protégée) ce qui impose aux mytiliculteurs des règles plus strictes à respecter.

Rémi Hurtaud, mytiliculteur au Vivier-sur-mer

La moule de bouchot (du Mont-St Michel) doit être remplie à au moins 25% de chaire - Rémi Hurtaud

La saison est donc officiellement lancée depuis le 21 juillet et l’entreprise livre aussi bien les poissonniers, les supermarchés que les grossistes en lien avec les restaurants. Un produit toujours apprécié des Français et des touristes, probablement grâce à son prix plutôt bas, mais dont Rémi Hurtaud appelle à respecter la saisonnalité : "à partir de janvier elles entrent dans la saison des amours et sécrètent un lait ce n’est pas bon à manger. Vendre des moules toute l’année c’est une hérésie !" conclût le mytiliculteur qui le confirme, "on a un métier où on a peu ou pas de problèmes, en tous cas en baie du Mont-Saint-Michel".

Michael, l'un des quatre associés de la GAEC Hurtaud-Restoux - Radio France
Michael, l'un des quatre associés de la GAEC Hurtaud-Restoux © Radio France - LF
Moules de bouchot - Radio France
Moules de bouchot © Radio France - LF