Société

La Sarthe va accueillir une centaine de migrants supplémentaires en provenance de Calais

Par Marie Mutricy, France Bleu Maine mardi 20 septembre 2016 à 19:34

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a visité le centre de la Mariette en février 2016.
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a visité le centre de la Mariette en février 2016. © Maxppp - Olivier Blin

La région Pays de la Loire va accueillir 662 migrants en provenance de Calais (et dans une moindre mesure de Paris) ces prochaines semaines. Puisque la Sarthe pèse 15% du poids économique de la région, elle devrait en recevoir 15% explique la préfète du département.

La Sarthe devrait accueillir de nouveaux migrants dans les semaines qui viennent. Combien ? "Les Pays de la Loire va prendre en charge 662 personnes précise la préfète du département, Corinne Orzechowski. Puisque la Sarthe représente 15% de l'économie de la région, nous devrions en recevoir 15% (soit une centaine de personnes) même si c'est un peu plus compliqué que ça. J'en prendrais ma part". Ces migrants sont accueillis dans deux centres d'accueil et d'orientation au Mans, rue de la Mariette et rue Henry Champion. Des dispositifs ouverts en novembre 2015 puis en avril, pour faire face à l'arrivée de très nombreux migrants dans la jungle de Calais. Des centres qui ne sont que des lieux de passage, car une fois la demande d'asile déposée, le migrant est hébergé en CADA et ce dans toute la France. La Préfecture recherche également de nouveaux lieux d'hébergements "plus diffus"' - éventuellement des appartements -  et dans toute la Sarthe et pas seulement au Mans :

Corinne Orechowski, préfète de la Sarthe sur la réception d'une centaine de migrants supplémentaires

LIRE AUSSI | Migrants de Calais : le gouvernement prépare un plan de répartition dans toute la France

335 personnes sont passées en Sarthe depuis novembre 2015

Depuis novembre 2015, 335 personnes sont arrivées en Sarthe. 214 viennent directement de Calais et ont besoin d'un passage en centre d'accueil et d'orientation "pour se poser, explique Benjamin Paris, le directeur de Tarmac, qui gère le centre de la Mariette. Il faut voir le parcours qu'ils ont eu. Donc ils se posent ici. On les aide à s'insérer, dans leurs démarches administratives donc c'est un temps relativement important de construction d'une vie". C'est là que les migrants préparent leur demande d'asile.  111 dossiers sont en cours d'examen, 50 personnes ont obtenu le statut de réfugié. L'étude du dossier d'un demandeur d'asile prend entre 4 et 6 mois en moyenne, en Sarthe. Pour les personnes qui ont le statut de réfugié, la Préfecture de la Sarthe lance un programme d'apprentissage du français "professionnel", pour accélerer leur insertion. Les associations Agafi et Le Relais prendront en charge les cours et le travail autour d'une recherche d'emploi, dans les mois qui viennent. C'est ce qu'explique Corinne Orzechowski, la préfète de la Sarthe :

Un parcours d'apprentissage du français "professionnel" est en train d'être mis en place explique la préfète de la Sarthe Corinne Orzechowski

Des personnes qui ont fuit la guerre

Parmi les personnes accueillies en Sarthe, 38% viennent d'Afghanistan, 38% du Soudan et 12% d'Irak.

En majorité, ce sont vraiment des gens qui viennent de pays en guerre. On le voit bien de toute façon dans les pathologies qu'on a à prendre en charge dans les centres d'accueil. Ce sont des gens qui ont des problèmes psychologiques, qui ont peur - Corinne Orzechowski, préfète de la Sarthe

Kamiss, par exemple, vient du Soudan. Du Darfour plus exactement. Il a fui les violences de la police et des soldats de son pays, raconte-t-il en quelques mots de français. Mirbachran est Afghan. Il a laissé derrière lui sa femme et ses quatre enfants, car la route de l'exil - deux mois de marche - était trop dure pour des petits. "Ici c'est bien, raconte l'homme qui a passé cinq mois à Calais. J'apprends le français, même si c'est difficile. Quand je saurais le parler, ça ira". Des cours ont lieu deux à trois fois par semaine au centre d'accueil de la Mariette, selon la disponibilité des bénévoles de Tarmac et du Secours Catholique.

Reportage au centre d'accueil et d'orientation de la Mariette, au Mans

Partager sur :