Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La semaine du son : 9 Français sur 10 considèrent que le silence est devenu un privilège

-
Par , France Bleu

Vivre dans le bruit devient de plus en plus insupportable, que ce soit au travail, dans les transports mais surtout dans les quartiers populaires selon une enquête publiée ce jeudi 16 janvier à l'occasion de la semaine nationale du son de l'Unesco.

87% des Français considèrent que le silence est devenu un privilège dont peu de personnes peuvent bénéficier.
87% des Français considèrent que le silence est devenu un privilège dont peu de personnes peuvent bénéficier. © Maxppp - Thierry Foulon

Les Français souffrent de plus en plus de vivre dans un environnement sonore bruyant. C'est ce qui ressort d'une enquête sur "les Français et le son" publiée jeudi 16 janvier par Opinionway pour l’association La semaine du son à l'occasion de la 17ème semaine nationale du son de l'Unesco du 20 janvier au 02 février 2020.

Le silence est devenu un privilège

Pour les Français, la possibilité d’être au calme est devenu un luxe auquel les catégories les moins favorisées ont plus difficilement accès. 87% des Français considèrent que le silence est devenu un privilège dont peu de personnes peuvent bénéficier. Le sentiment de raréfaction du silence est d’ailleurs particulièrement courant chez les Franciliens : 92% d’entre eux jugent que c’est devenu un privilège réservé à peu.

Les moins favorisés premières victimes du bruit

Les personnes moins favorisées sont perçues comme les premières victimes de cette dégradation de l’environnement sonore. 84% des Français estiment que les quartiers défavorisés subissent davantage de nuisances sonores dans tous les aspects du quotidien : transport, voisinage, travail. Pour autant, les Français considèrent que chacun participe à la qualité de l’environnement sonore, 87% déclarant que l’environnement sonore dépend essentiellement du respect des uns et des autres pour leurs voisins. 

Les Français considèrent tout de même que les décideurs ne font pas assez pour améliorer la qualité de l’environnement sonore : 79% considèrent que le réaménagement des quartiers ne prend pas cet aspect en compte.

L’open space, le plus bruyant des lieux de travail

Et les open space, dans lesquels 33% des actifs déclarent travailler, apparaissent comme étant les espaces de travail les plus bruyants : le niveau sonore moyen perçu par les actifs concernés est plus élevé :  6,1 sur 10 contre 5,6 pour les actifs travaillant dans des bureaux individuels ou en extérieur.

Des conséquences sur la santé physique et psychologique

La première des conséquences d’un environnement bruyant est la diminution des capacités de réflexion et de concentration (91%), ce qui cause également une réduction du développement personnel (76%) voire des échecs dans les projets professionnels (59%). 92% des sondés considèrent que le bruit a des conséquences sur la santé physique mais aussi la santé psychologique

Un environnement bruyant affecte enfin les capacités relationnelles : 90% déclarent que le bruit les rend plus agressifs et 86% que cela leur fait accepter plus difficilement la vie en collectivité.

Les principaux enseignements de l'étude "les français et le son" 

  • 90% déclarent accepter plus difficilement la vie en collectivité dans un environnement bruyant, 
  • 72% d’entre eux pensent tomber plus souvent malades dans de mauvaises conditions sonores, 
  • 87% des personnes interrogées considèrent aujourd’hui le silence comme un privilège réservé à peu de personnes, 
  • 79% d’entre eux jugent que les pouvoirs publics ne prennent pas en compte les nuisances sonores dans les quartiers défavorisés.
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu