Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La Souterraine : inquiets pour l'avenir, les élèves du lycée Raymond Loewy font un sit-in

-
Par , , France Bleu Creuse

Une soixantaine d'élèves du lycée Raymond Loewy de La Souterraine se sont assis sur le perron de l'établissement ce mardi 2 mars. Une manière de manifester leurs inquiétudes face aux contraintes sanitaires ou encore à la réforme du bac.

Les élèves du lycée Raymond Loewy ont fait un sit-in ce mardi 2 mars.
Les élèves du lycée Raymond Loewy ont fait un sit-in ce mardi 2 mars. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

En cette période troublée, les élèves du lycée Raymond Loewy de La Souterraine ressentent un grand malaise. Ce mardi 2 mars, ils ont donc décidé d'organiser un sit-in pour manifester leurs inquiétudes face à l'avenir. Le matin, ils ont été jusqu'à une soixantaine à s'asseoir sur les marches du perron, parmi les 560 lycéens de l'établissement. A la pause du déjeuner, une trentaine d'élèves manifestait encore. 

On est dans un brouillard anxiogène

Pas de slogan, de pancarte ni de tract, mais les élèves de La Souterraine dénoncent un climat anxiogène depuis plusieurs mois. Les élèves précisent que la direction n'était pas visée par la manifestation, leurs inquiétudes étant plutôt liées à des décisions gouvernementales et aux conséquences de la crise du coronavirus.

ECOUTEZ - Antoine, 18 ans, en terminale arts appliqués

On ne peux pas profiter ensemble de notre adolescence

Parmi les participants, beaucoup d'internes, comme Lola et Maya, en section arts appliqués, qui ont le sentiment d'une vie sociale au point mort : "Le soir on n'a pas le droit de sortir de nos chambres. C'est pas métro boulot dodo mais on est sur une routine, sans petit moments pour profiter ensemble de notre adolescence."

En plus des contraintes sanitaires la réforme du bac fait elle aussi monter le stress, soupire Victor, 18 ans, en terminale générale : "Cette pression n'est pas de la faute de la direction, ils sont comme nous, ils ont les infos du gouvernement à la dernière minute. Mais ce sont nous qui en subissons les conséquences." Antoine a l'impression de faire partie d'une "génération sacrifiée" : "On est dans un brouillard anxiogène."

Le sentiment d'avoir été écoutés

Les jeunes ont obtenu une réunion de deux heures et demie avec la direction de l'établissement. Ils ont pu être entendus par la proviseure Béatrice Dufour : "Ici, nous avons fait le choix de maintenir tous les cours en présentiel, ce dont ils nous ont remerciés. néanmoins, ils ont eu besoin d'exprimer cette pression ressenti. J'espère qu'à l'avenir ils se sentiront plus libres de venir échanger lorsque qu'ils en sentiront le besoin."

ECOUTEZ - Le reportage France Bleu Creuse

L'une des choses qui a été décidée pendant cette réunion est de relancer la maison des étudiants, une association du lycée qui existe depuis plusieurs années, mais qui est à l'arrêt depuis le début de l'année scolaire à cause de la crise sanitaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess