Société

A la SPA d'Yvré L'Evêque, "on n'offre pas un chien comme on offre un parfum"

Par Julie Le Duff, France Bleu Maine jeudi 22 décembre 2016 à 9:02

Un chien en attente d'adoption dans un refuge SPA (illustration)
Un chien en attente d'adoption dans un refuge SPA (illustration) © Maxppp -

C'est un grand classique des cadeaux de Noël : un chien ou un chat, c'est tellement mignon....mais c'est un peu plus contraignant qu'une peluche !

Les associations de protection animale le rappellent chaque année à l’approche des fêtes : un chien n’est pas un cadeau ! C’est une décision qui doit être mûrement réfléchie, martèle Naïs Venanzi, la responsable du refuge SPA d’Yvré L’Evêque, tout près du Mans. « Nous avons beaucoup de demandes à cette période, comme en janvier d’ailleurs ; et dans le lot, évidemment, il y a des demandes d’adoption pour des animaux « cadeau de Noël », auxquelles nous ne sommes pas favorables. L’accueil d’un animal doit être un choix, un acte délibéré, volontaire. Il faut être responsable : on n’« offre » pas un chien comme on offrirait un parfum ou une paire de chaussures ».

Les conditions d'une adoption réussie

Voilà pourquoi le refuge sarthois fait très attention, au point de parfois refuser des adoptions. « Quand les adoptants viennent chez nous, on fait le point sur leur environnement et leur rythme de vie. Par exemple, on leur demande la hauteur de leurs clôtures, parce qu’on ne va pas placer un chien fugueur chez une famille dont le jardin a des barrières d’un mètre. De même qu’on ne va pas mettre un jeune chien de deux ans chez une personne âgée qui ne pourra pas le gérer. On vérifie une foule de détails pour réussir au mieux nos adoptions ».

Noël aussi pour les animaux

La dernière campagne de sensibilisation de la SPA met en scène la « liste de Noël » de chiens et de chats, comme celle que pourrait écrire un enfant. Il s’agit de faire passer l’idée que l’animal « est un membre de la famille à part entière, mais aussi, tout simplement, que lui aussi a le droit à un cadeau. On a un sapin au refuge où les donateurs peuvent déposer un paquet de croquettes ou une couverture. Bien sûr, le plus beau des cadeaux serait de trouver un foyer ». Comme Naïs Venanzi espère d’ailleurs pouvoir le faire pour Gus, « un berger allemand de 12 ans paralysé de l’arrière-train, après des années de mauvais traitements. Il est éligible au dispositif « famille d’accueil », ce qui veut dire que tous les frais sont pris en charge par la SPA. C’est urgent car la situation est vraiment difficile pour lui ».

C’est bien, ce qu’a fait Rémi Gaillard. Je lance l’appel à Steevy Boulay ! – Naïs Venanzi, responsable du refuge SPA d’Yvré L’Evêque

Car même si les pensionnaires du refuge sont accompagnés en journée, « le soir, ils se retrouvent tout seuls. C’est important que les gens comprennent la dureté de la vie en refuge, c’est carcéral quand même ».

Un message qui a trouvé un fort écho en novembre avec l’initiative de Rémi Gaillard : l’humoriste s’est enfermé cinq jours et quatre nuits dans une cage d’un refuge de Montpellier, ce qui lui a permis de récolter plus de 200 000 euros de dons mais aussi de faire adopter une bonne partie des animaux. « C’est très positif, c’était un beau coup de projecteur pour la protection animale », souligne Naïs Venanzi, avant d’ajouter en riant : « Je lance l’appel à notre Sarthois Steevy Boulay ! ».