Société

La station d'épuration de Châteauroux annonce une série d'innovations

Par Gaëlle Fontenit, France Bleu Berry jeudi 27 octobre 2016 à 6:00

La station d'épuration de Châteauroux et du Poiçonnet
La station d'épuration de Châteauroux et du Poiçonnet © Radio France - Gaëlle Fontenit

La station d'épuration de l'agglo de Châteauroux innove. Le site, deuxième plus important de la région - qui traite 150.000 équivalent habitants soit 15.000 m3 par jour d'eaux usées - emploie 7 personnes.

La station, gérée par délégation de service public par Suez, annonce la mise en place de plusieurs innovations à l'occasion de la présentation du nouveau contrat d'assainissement signée avec les communes de Châteauroux et du Poinçonnet.

600.000 kilowatt heures économisés chaque année

Premier objectif : faire des économies. Pour cela, le fonctionnement des files d'eau a été revu. "Cela devrait permettre d'économiser 600.000 kw/h chaque année. En 11 ans - la durée du contrat - cela permettra d'économiser une année." explique Philippe Duprat, directeur Centre Loire de Suez.

Faire des économies, cela veut aussi dire intervenir au bon moment. Suez annonce la mise en place de bornes numériques pour mieux repérer les anomalies sur le réseau et donc mieux gérer les interventions.

Philippe Duprat, directeur de Suez en région Centre Loire

Par ailleurs, Suez annonce la mise en place d'un site internet Toutsurmoneau.fr : il permettra aux usagers de signaler directement toute anomalie sur le réseau.

Utiliser l'énergie de la station

Autre projet sur lequel travaillent les ingénieurs de Suez : la possibilité de récupérer la puissance calorifère de l'eau en sortie de traitement. Philippe Duprat en précise le principe : "L'eau qui sort de la station a un potentiel calorifère. Nous sommes en train de l'étudier pour voir dans quelle condition on peut baisser un petit peu la température de l'eau en sortie, ce qui serait meilleur pour l'environnement, et au passage récupérer de la calorie et la mettre à disposition d'un site pour le chauffer".

Le processus intéresse hautement le maire de Châteauroux, Gil Averous, qui envisage de l'utiliser pour chauffer des bâtiments publics, et en particulier le nouveau centre aquatique de Balsan.

La première zone de rejet végétalisée de la Région

Enfin, dernier grand projet sur lequel planchent les ingénieurs de Suez : la création d'une zone de rejet végétalisée.

5 à 10 % du débit des eaux traitées, aujourd'hui orienté directement vers l'Indre, sera captée par cette zone de 3 hectares qui finira de filtrer l'eau pour en éliminer les derniers polluants.

Cette zone pourra filtrer environ 1000 m3 par jour. Elle devrait être opérationnelle d'ici deux ans et demi, le temps que le projet aboutisse et que les espèces naturelles trouvent leurs marques dans ces bassins.

Ce sera une première régionale : ce type de bassin filtrant végétalisé existant bien sur d'autres sites mais en amont du traitement de l'eau et non en aval comme ici. Un sentier pédagogique agrémenté de panneaux explicatifs permettra aux curieux de faire le tour des installations.

Partager sur :