Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La Stéphanoise Muriel Robin marraine de l’association Le Refuge

lundi 6 novembre 2017 à 4:43 Par Faustine Mauerhan, France Bleu Saint-Étienne Loire

L'association Le Refuge s'offre une marraine de choix ! Une Stéphanoise. L'humoriste Muriel Robin a été choisie par cette structure qui a recueilli, rien que l'an dernier, plus de 1.000 jeunes homosexuels mis à la porte de chez eux.

Muriel Robin
Muriel Robin © Maxppp -

Loire, France

Une Stéphanoise devient la nouvelle marraine de l'association Le Refuge. Muriel Robin a accepté d'aider cette structure d'accueil des jeunes homosexuels en France, parce qu'"on ne choisit pas d'être homosexuel", explique l'humoriste. L'an dernier, plus de 1.000 jeunes ont trouvé refuge chez l'association. Mais pas à Saint-Etienne. Le Refuge n'a pas d'antenne chez nous. C'est pourquoi l'association le "Triangle Rose" s'est créée dans la Loire.

Une nouvelle association ligérienne : le Triangle Rose

Jusqu’ici il y avait bien les Démineurs et l'association Actis mais la première est là pour promouvoir la culture LGBT et l'autre lutte contre le SIDA. Avant l'an dernier il n'existait donc pas de structure d'accueil d'urgence. Aujourd’hui Mathias Driham est le président du Triangle Rose qui va pallier ce manque. "Nous sommes encore en train de nous structurer mais nous voulons travailler main dans la main avec les autres associations de la Loire pour accueillir ceux qui en auront besoin et faire comprendre que l’homosexualité n’est pas une tare, pas une maladie."

La débrouille entre associations pour aider les jeunes rejetés

Car jusqu’ici c'était le système D pour les jeunes expulsés de chez eux. Et pour les associations qui les recueillaient un peu par hasard aussi. Myriam Thiblier, la responsable du Secours Populaire de Saint-Chamond, s'en souvient bien. Elle l'a vécu, il y a un an maintenant et raconte : "nous avons été alertés par des éducateurs de la vallée du Gier sur le cas d’un adolescent de 13 ans qui était mis à la porte par son parent en raison de son homosexualité. Dans l’urgence nous avons trouvé une famille d’accueil et c’est par connaissance ensuite, que nous avons pu l’orienter vers une cellule psychologique plus compétente."

"Il manque des structures dédiées dans la Loire"

Il y a 3 ans par exemple encore, à Saint-Chamond, Alice a fait son coming out. Elle avait 17 ans à l'époque et a pu compter sur son père. Mais sans lui Alice aurait eu besoin d'une association comme le Refuge. "Au début ma mère a réagi comme une mère devrait le faire. Puis c’est petit à petit que la tension a commencé à se faire sentir à la maison. Elle me lançait des piques en permanence, me disait que l’amour entre deux hommes ou deux femmes était à vomir. Le soir où je suis partie, elle m’a traitée de sale gouinasse."

J’aurais préféré vivre à la rue que de rester chez moi" - Alice

"C’est mon père qui est venu me voir dans ma chambre", se souvient Alice, "et qui m’a dit de faire mes affaires. Par instinct il m’a emmené chez mes grands-parents où je vis encore mais j’aurais préféré vivre à la rue que de rester chez moi à ce moment-là. Et je ne sais pas comment j’aurais fait".

Désormais donc, le Triangle Rose est là. Un numéro d'urgence répondra quelque soit le jour et l’heure. C'est le : 06.35.55.55.17