Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La structure d'accueil berrichonne pour lutter contre les violences conjugales a un an

-
Par , France Bleu Berry

Il y a un an s'implantait à Châteauroux la cellule Accueil et Ecoute 36, pour venir en aide aux femmes battues. Depuis, une trentaine de personnes ont poussé la porte de la structure.

Les associations du Berry mobilisées contre les violences conjugales
Les associations du Berry mobilisées contre les violences conjugales © Radio France - Gaëlle Fontenit

Le chiffre est terrible : l'an passé, 166 personnes sont mortes sous les coups de la personne qui partageait leur vie.* A Châteauroux, depuis un an, la cellule Accueil et Ecoute 36* reçoit les personnes victimes de violences conjugales. Elle a déjà pu venir en aide à une trentaine de personnes.

Tout commence le plus souvent par un appel téléphonique. Au bout du fil, Céline Georges, conseillère en économie sociale et familiale : "Mon rôle c'est d'abord d'écouter et de croire. Souvent, les femmes me disent "vous le verriez, vous n'imagineriez pas". Je suis là pour tout de suite prendre en compte ce qu'elle dise". 

Lever les tabous

Après ce premier contact, Céline Georges propose un accompagnement à plus ou moins long **terme : " _Ça peut être les accompagner chez elle pour récupérer des papiers ou des vêtements, ou bien les aider à monter un dossier pour porter plainte. Nous suivons certaines personnes pendant plusieurs mois**."_ Accueil et Ecoute 36 travaille avec plusieurs associations et organismes -notamment le Planning Familial- qui peuvent à leur tour prendre le relais, pour aider aux mieux les victimes de violences conjugales. Certaines peuvent même accompagner les victimes jusque devant le tribunal...

Si, le plus souvent, les victimes sont des femmes, la structure a parfois eu à faire à des hommes, frappés par leur compagne. "C'est encore plus difficile pour eux de faire le premier pas vers nous. Tout comme, d'ailleurs, les couples homosexuels. Déjà, admettre qu'on est victime de violences conjugales, c'est difficile, mais quand en plus c'est dans le cadre d'un couple gay, les tabous sont encore plus présents" explique Emilie Dubourg, du Planning Familial de l'Indre. 

Emilie Dubourg, Planning Familial 36

Parfois, les victimes n'ont pas la force de faire elles-mêmes la démarche. L'alerte est alors donnée par les proches, les amis, la famille : "Ça peut être les collègues, des voisins,  des grands-parents ou encore un patron. On les reçoit, on discute longuement avant de se rapprocher de la victime présumée" explique Céline Georges. 

Différents types de violences

"Lorsque l'on parle de violences conjugales, il ne faut pas imaginer seulement les coups. Il existe différents types de violences...La violence verbale, les violences sexuelles au sein du couple, ou encore la violence financière" énumère Céline Georges, avant de citer l'exemple d'une femme privée de toutes ressources par son compagnon qui a la mainmise sur le budget familial.

La permanence téléphonique d'Accueil et Ecoute 36 est ouverte tous les jours, du lundi au vendredi, de 9h à 12h et de 13h30 à 17h30, au 06 71 40 26 51

Choix de la station

À venir dansDanssecondess