Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Béarn : la supérette de Bordes boucle sa première année

lundi 14 mai 2018 à 8:51 Par Marie-Line Napias, France Bleu Béarn

La supérette de Bordes va fêter sa première année. C'était une ouverture, il n'y en avait pas avant. Le couple de gérant ne ménage pas sa peine, mais les objectifs ne sont pas complètement atteints.

La supérette de Bordes
La supérette de Bordes © Radio France - Marie line Napias

Pau, France

Bientôt un an que la commune de Bordes a une supérette, Françoise et Franck Gisbert ont ouvert le 2 juin 2017 un magasin à l'enseigne Vival, sur la droite à la sortie du village en venant de Pau. On y trouve des produits frais de producteurs locaux, y compris les produits du charcutier de Bordes. Il y aussi du bio, avec un rayon vrac. Franck Gisbert livre à domicile, on peut commander sur internet et retirer sa commande en magasin comme un drive. Malgré l'investissement du couple, les objectifs ne sont pas encore complètement atteints, mais Franck est optimiste.

Franck Gisbert, le gérant de la supérette de Bordes

Chose étonnante : dans un bourg rural, la supérette a du mal à attirer les personnes âgées. En revanche les clients plutôt jeunes viennent des communes voisines comme Assat, ou Boeil-Bezing. Ils viennent surtout pour les produits frais, qui représentent la moitié du chiffre d'affaires. C'est une clientèle fidèle, et c'est ce qui rassure les gérants. Le magasin est en progression constante depuis son ouverture, en revanche et c'est le bémol, impossible de se verser plus d'un salaire. Mais pas question de renoncer.