Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La Teste-de-Buch : Le restaurant de l'hippodrome au bord de la faillite

-
Par , France Bleu Gironde
La Teste-de-Buch, France

Depuis 4 mois le Fer à Cheval à l'hippodrome du Béquet n'accueille plus aucun client. Le restaurant est à deux doigts du dépôt de bilan. Le champs de course est fermé au public jusqu'au 11 juillet et le chef n'a pas le droit d'ouvrir son établissement. La crise sanitaire n'explique pas tout ...

Hippodrome du Béquet
Hippodrome du Béquet © Maxppp - maxppp

Face à la crise sanitaire les hippodromes français ne peuvent pas accueillir du public avant le 11 juillet.  En revanche certains ont décidé de rouvrir leur restaurant. En Gironde c'est le cas au Bouscat. Alors pourquoi le Fer à Cheval de l'hippodrome de La Teste reste fermé ?

Selon la famille Gaudou, propriétaire du restaurant le coronavirus ne serait qu'un prétexte. En réalité le Fer à Cheval et la société des courses sont en conflit depuis des mois. Au coeur du différend : des loyers impayés. Yannick Gaudou, le fils du patron reconnait des difficultés financières mais selon lui le président de l'hippodrome voudrait carrément les faire couler.

Le président ne cache pas son désir de nous virer. C'est dommage, on avait prévu d'ouvrir dimanche 28 juin. On avait 120 réservations. Tout tombe à l'eau

- Yannick Gaudou

Face à ce restaurateur à la dérive Jean-Marie Plassan, président de l'hippodrome, répond qu'il doit respecter les directives de sa fédération. Pas de public ni de restaurant ouvert sur son champs de course avant le 11 juillet. Jean-Marie Plassan reconnait tout de même un contentieux important entre sa société et le restaurant : "il nous doit 20.000 euros de loyers, sans compter l'eau et l'électricité alors oui je veux qu'il s'en aille. C'est un bon cuisinier mais un très mauvais gestionnaire."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu