Société

La Tour Eiffel reste fermée jeudi en raison de la grève des agents

Par Marion Chantreau et Emmanuel Collardey, France Bleu Paris Région et France Bleu mardi 13 décembre 2016 à 12:06 Mis à jour le mercredi 14 décembre 2016 à 12:36

Tour Eiffel
Tour Eiffel © Radio France - Martine Bréson

La Tour Eiffel sera fermée pour la troisième journée consécutive en raison d'une grève du personnel qui reproche à la direction un manque de transparence sur plusieurs dossiers.

La Tour Eiffel va rester vide ce jeudi pour un troisième jour de suite annonce la direction. Les agents d'accueil et les agents techniques sont en grève, à l'appel de la CGT et de FO. Ils dénoncent le "manque de transparence" de la direction sur plusieurs dossiers, l'impossibilité d'un dialogue social, et de nouvelles pratiques managériales brutales et inappropriées. Le climat dans l'entreprise est devenu "anxiogène" ont écrit les agents dans une lettre ouverte envoyée il y a deux semaines à la direction, signée par 200 salariés sur 250, et restée sans réponse. Les discussions se sont poursuivies hier, mais sans avancée décisive.

Une campagne de travaux futurs inquiètent les agents

Des travaux de peinture prévus prochainement sur le monument inquiètent particulièrement le personnel. "Il faudra pour cela décaper environ 15% de la Tour, mais la direction refuse d'associer les organisations syndicales au processus de réalisation de ces travaux, au dispositions sanitaires", explique Stéphane Dieu, délégué CGT du personnel. Il dénonce un manque d'informations , d'autant qu'on sait la présence de peinture au plomb et la possibilité de dispersion de poussières au plomb. Il y a aussi des inquiétudes sur l'organisation du travail : "Si vous fermez des ascenseurs pendant ces travaux, ils peuvent mettre des salariés au chômage technique".

"Nous ne voulons pas prendre les touristes en otage"

Les agents ont choisi de faire grève avant les vacances de Noël "pour ne pas pénaliser les visiteurs, ne pas prendre les touristes en otage, mais nous n'avons plus le choix, nous devons nous faire entendre, car l'ambiance de travail est délétère", ajoute Stéphane Dieu.Les agents ont choisi de faire grève avant les vacances de Noël "pour ne pas pénaliser les visiteurs, ne pas prendre les touristes en otage, mais nous n'avons plus le choix, nous devons nous faire entendre, car l'ambiance de travail est délétère", ajoute Stéphane Dieu. Pour l'instant, aucun rendez-vous n'est prévu entre la direction et les syndicats.