Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Lactalis : du lait infantile contaminé par la salmonelle

La transparence de Lactalis mise en cause par le directeur général de l'Alimentation

mercredi 14 février 2018 à 14:08 Par Charlotte Coutard, France Bleu Mayenne et France Bleu

Le directeur général de l'Alimentation, entendu par les sénateurs ce mardi, a pointé du doigt le manque de transparence de Lactalis. Il regrette également les conséquences de cette affaire sur la filière laitière française.

La tour de séchage n°1 de l'usine Lactalis de Craon, définitivement fermée.
La tour de séchage n°1 de l'usine Lactalis de Craon, définitivement fermée. © Maxppp - Thomas BREGARDIS

Craon, France

Les auditions se poursuivent au Sénat, dans l'affaire des laits en poudre Lactalis pour bébés, contaminés par des salmonelles, et fabriqués à Craon. Ce mardi, le directeur général de l'Alimentation, rattaché au ministère de l'Agriculture, a été entendu par les sénateurs de la commission des affaires économiques et sociales. Il a mis en cause la transparence du groupe laitier mayennais.

Les autocontrôles positifs n'ont pas été transmis aux autorités

Selon le directeur général de l'Alimentation, Lactalis n'a pas transmis les résultats des autocontrôles positifs à la salmonelle de son usine de Craon, lors des inspections menées ces dernières années par les services sanitaires.  "Ce que l'on constate, c'est qu'il y a un décalage entre les éléments donnés au niveau de l'inspection et ce qu'on a pu récupérer comme autocontrôles suite à la crise", a déclaré Patrick Dehaumont. 

Il y avait eu au total seize interventions en dix ans.

Plusieurs alertes ces dernières années

"Au-delà du fait que ça n'ait pas été transmis, ce qui est dommage, c'est qu'il n'y ait pas eu un questionnement au niveau de l'entreprise sur le fait que c'était quand même étonnant de retrouver une salmonelle à plusieurs reprises au fil des années, alors qu'on l'avait trouvée en 2005", a-t-il ajouté. 

La bactérie a été retrouvée à plusieurs reprises ces dernières années dans l'environnement de l'usine, notamment sur les outils de nettoyage. Lactalis affirme que la bactérie n'avait jamais été retrouvée dans les produits, avant la crise sanitaire de décembre.

Plus de 200 bébés concernés en 12 ans

Dans une interview accordée aux Echos fin janvier, le PDG de Lactalis Emmanuel Besnier avait reconnu qu'il ne pouvait "exclure que des bébés aient consommé du lait contaminé sur cette période" entre 2005 et 2017.

En 2005, une première contamination à la salmonelle avait été détectée dans des produits fabriqués à Craon, à l'époque le site appartenait à Célia. L'épidémie de 2005 avait touché 146 nourrissons.  Celle de 2017 en a affecté 37 en France, ainsi que deux en Espagne et un autre probable en Grèce. La bactérie en a également contaminé 25 autres entre 2006 et 2016, selon l'Institut Pasteur.  Le bilan dépasse donc 200 enfants malades à cause d'une souche unique. 

Des conséquences sur la filière laitière

Patrick Dehaumont a également déploré devant les sénateurs les répercussions de l'affaire Lactalis sur la réputation de la filière laitière française à l'étranger.  "Les autorités chinoises nous demandent des comptes et c'est bien normal (...)".  "Ça met à mal une filière française qui était réputée comme une filière d'excellence", a-t-il ajouté. 

Avec l'AFP.