Société

La vie privée des enfants pas assez protégée sur internet

Par Marina Cabiten, France Bleu vendredi 4 septembre 2015 à 7:36

62% des sites consultés par les jeunes n'ont aucun système de contrôle
62% des sites consultés par les jeunes n'ont aucun système de contrôle © MaxPPP

Trop de sites consultés par des enfants et des adolescents (62%) ne proposent aucune mesure de vigilance ou de contrôle parental, a relevé la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) jeudi.

La Cnil et 28 autres autorités de protection des données au sein de l'OCDE ont mené un audit mondial sur la protection du jeune public sur internet, dont les conclusions rendues jeudi sont alarmantes : 62% des sites consultés par les jeunes ne proposent aucun système de contrôle parental ou autre forme de vigilance.  

Beaucoup de temps passé sur internet

Enfants et adolescents passent beaucoup de temps sur internet : en moyenne, par semaine, 03h40 de 1 à 6 ans, 05h30 de 7 à 12 ans, 13h30 de 13 à 19 ans en 2015, souligne la Cnil. Et le temps consacré à cette navigation a augmenté de plus d'une heure par tranche d'âge entre 2012 et 2015. 

La Cnil a constaté que 87% des sites examinés collectaient des données personnelles (adresse IP, localisation...), notamment à partir de la création obligatoire d'un compte utilisateur qui n'est pas toujours justifiée. Seuls 39% permettent de supprimer facilement un compte.   

Peu d'encadrement

Côté encadrement des jeunes internautes, seulement 18% des sites recueillent l'accord parental au moyen d'une case, 15% introduisent une mesure de vérification de l'âge , 13% incitent à la vigilance, 11% mettent en place un tableau de contrôle parental lors de la création du compte.   

Par ailleurs, si 71% des sites examinés informent l'utilisateur sur les droits "informatique et libertés", seuls 33% l'adaptent au jeune public. Sur 63% des sites, les enfants peuvent être également redirigés vers un autre site, y compris marchand. A l'issue de cet audit, la Cnil a informé les éditeurs de sites, leur rappelant leurs droits et obligations et, le cas échéant, les procédures de sanction pouvant être engagées, et alerté les associations de parents.

Cet audit a été mené sur 1.494 sites et applications consultés par les enfants et les adolescents. La Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) en a scruté pour sa part 54. La moitié s'adressait aux 7-12 ans, un quart aux moins de 7 ans, un quart aux plus de 12 ans.