Société

La ville d’Argenteuil évite de justesse la mise sous tutelle

Par Martine Bréson, France Bleu Paris Région jeudi 30 avril 2015 à 5:00

porte monnaie , argent , pièces
porte monnaie , argent , pièces © Radio France/Martine Bréson

La ville d’Argenteuil (Val-d’Oise) a trois ans pour redresser ses finances. Le préfet est venu en personne, lundi, remettre au maire l’arrêté qui lui donne ce sursis. La ville échappe de peu à la mise sous tutelle.

Pas de mise sous tutelle pour la ville d’Argenteuil, du moins pas tout de suite. La ville de 105.000 habitants a obtenu un sursis de trois ans pour redresser la barre. Elle a réussi à trouver un accord avec la Chambre régionale des comptes qui lui donne du temps pour rééquilibrer son budget sans augmenter ses impôts pour l’instant. La ville va devoir faire des économies.

Un sursis "inespéré"

Pour le maire d’Argenteuil, Georges Mothron, UMP, qui a reçu symboliquement l’arrêté des mains du préfet, ce répit de trois ans est "inespéré ". "Une année supplémentaire c’est bien, ça nous permettra de retrouver rapidement des équilibres et de pouvoir réinvestir, ce qui nous manque beaucoup à Argenteuil ", avoue le maire, Georges Mothron.

Cela fait plusieurs années que la ville a des difficultés financières. Début 2015, elle avait voté un budget en déséquilibre. Face à cet acte illégal, le préfet avait réagi. Il avait saisi la Chambre régionale des comptes. Des conseillers de la Chambre étaient venus plusieurs fois à Argenteuil pour réfléchir avec l’équipe municipale. "La Chambre a estimé que trois ans étaient le bon délai pour retrouver l’équilibre budgétaire ", indique Yannick Blanc, préfet du Val-d’Oise.

Un "cost-killer" pour Argenteuil

Il y a un an, Argenteuil a fait appel à un "cost-killer ". Ce "chasseur de gaspillage " est chargé de réduire les dépenses. Désormais la ville se serre la ceinture. Depuis 2014, elle a mis fin à 302 contrats. Il n’y a pas eu de vœux à la mairie pour la nouvelle année. Il n’y aura pas de fêtes, ni le 1er mai, ni le 14 juillet. Près de 15.000 personnes assistaient depuis l’an 2000 à la fête de la Seine. Il n’y en aura pas en 2015. Pour la ville, la suppression de toutes ces festivités, c’est 270.000 euros d’économisés.

Pour l’instant, côté investissement, seule la création de nouvelles classes a été envisagée.

E Argenteuil se serre la ceinture