Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"La ville de Briançon doit continuer d'accueillir des migrants", l'évêque de Gap, Msg Xavier Malle

-
Par , France Bleu Provence

Plusieurs associations d’aide aux migrants lancent un appel pour protester contre la décision du maire de Briançon de fermer les locaux d’hébergement pour les migrants. Un appel soutenu par de nombreuses personnalités dont l'évêque de Gap qui estime qu'il faut en urgence trouver une solution.

Le refuge solidaire de Briançon.
Le refuge solidaire de Briançon. © Maxppp - Yoann GAVOILLE

De nombreuses personnalités signent un appel "Pour que le Briançonnais reste un territoire solidaire avec les exilés" en réponse à la décision du maire de Briançon de fermer plusieurs locaux d'hébergement et d'accueil de migrants dans les prochaines semaines. Parmi ces personnalités : le sociologue Edgar Morin, l’ancien champion du monde de football Lilian Thuram, la maire de Marseille Michèle Rubirola, le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger, les comédiens Ariane Ascaride et Philippe Torreton, la navigatrice Isabelle Autissier, ou le collectif du bateau de sauvetage en Méditerranée "Louise Michel" et l'évêque de Gap Monseigneur Xavier Malle qui s'inquiète pour l'avenir de ces familles qui vont se retrouver à la rue dans le froid.

La ville n'a pas d'autre choix que d'accueillir les migrants estime l'évêque : "depuis la fin de l'été on a une forte augmentation du passage dans les Alpes et on un changement de population, auparavant nous étions des jeunes mineurs non accompagnées on a maintenant des familles avec des jeunes enfants (...), c'est l'occasion de regarder la réalité en face et de faire un système d'accueil durable".   

Le maire de Briançon Arnaud Murgia demande au Refuge solidaire de rendre les clés des locaux anciennement prêtés par la Communauté de communes du Briançonnais (CCB) d’ici le 28 octobre, il estime que ce n'est pas la responsabilité d'un maire de gérer l'accueil des migrants dans sa commune : "La manière dont tout cela se déroulait dans ce site était hors de contrôle, on n'a jamais respecté les normes des établissements qui reçoivent du public et je rappelle que c'est le maire qui est responsable pénalement de tout ça". 

Mais pour Monseigneur Mall, il faut agir, la situation va devenir très complexe si toutes les familles se retrouvent à la rue alors que les températures sont de plus en plus basses en ce moment en montagne.  

"On va avoir des mineurs, des migrants, des réfugiés, des adultes, des enfants dans la rue et là, il va y avoir un vrai problème de sécurité. Il faut que chacun prenne ses responsabilités. Je propose que l'on travaille tous ensemble." - Msg Xavier Malle 

La préfecture a pris un nouvel arrêté pour "restreindre sa capacité d’accueil à une jauge de 35 personnes maximum" pour "limiter la création d’un foyer épidémique", car l’isolement demandé après les tests positifs n’a pas été bien respecté. La capacité d’hébergement de ce refuge, limitée à 15 personnes, était souvent dépassée. Environ 11.000 personnes y ont été accueillies depuis son ouverture en juillet 2017.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess