Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La ville de Meylan écrit à Emmanuel Macron pour s'opposer à la construction d'une église catholique intégriste

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Après la validation du permis de construire d'une église intégriste sur la commune de Meylan par le tribunal administratif, le maire a fait voter un vœu adressé à Emmanuel Macron le 10 mai, car selon lui ce projet met en danger les valeurs de la République. Par ailleurs, l'ex-maire, lui répond.

La Fraternité Saint Pie X va construire une église dans le parc de son école hors contrat de Meylan
La Fraternité Saint Pie X va construire une église dans le parc de son école hors contrat de Meylan © Radio France - Véronique Pueyo

Lors du conseil municipal de ce lundi 10 mai, les élus, de tous bords, majorité et opposition confondue, ont adopté à l'unanimité un vœu, destiné au Président de la République, à qui il sera envoyé par courrier dans les prochains jours. Il fait allusion au projet de la Fraternité Saint-Pie X, issue du courant intégriste Monseigneur Lefèvre et proche de Civitas, de construire, dans le parc de 1,5 hectare de son école hors contrat, une église de 650 mètres carrés, pouvant accueillir 299 personnes. 

Permis de construire validé

Attaqué par l'association meylanaise de gauche, Meydia, le permis de construire a été validé le 15 avril dernier par le tribunal administratif de Grenoble. Pour la mairie de Meylan, cette construction est dangereuse pour la République et la démocratie. Si Meydia décide de faire appel -et l'association a jusqu'au 15 juin pour le faire- le mairie se joindra à cet appel.

L'entrée de l'école hors contrat de la Fraternité Saint Pie X
L'entrée de l'école hors contrat de la Fraternité Saint Pie X © Radio France - Véronique Pueyo

Vœu adopté à l'unanimité et envoyé à Emmanuel Macron

Dans ce vœu adopté à l'unanimité, on peut lire ces phrases : "Alors même que le projet de loi confortant le respect des principes de la République et de lutte contre le séparatisme est en débat au Parlement, comment accepter qu’un tel groupe niant régulièrement les valeurs de notre République puisse impunément construire un tel lieu de culte, transformant ainsi une petite école hors contrat d’une trentaine d’élèves en un lieu de culte et un lieu de conférence politiques pour des centaines de personnes, accroissant son rayonnement en s’agrandissant ?"

Et le vœu continue ainsi : "Monsieur le Président de la République, vous rappeliez cet automne votre volonté de donner à l’Etat de davantage "de moyens d’agir contre ceux qui veulent déstabiliser" la République. Ce projet de la FSSPX à Meylan illustre précisément cette lutte que vous décriviez alors contre "des écarts répétés avec les valeurs de la République" de  "l'endoctrinement et par celui-ci, la négation de nos principes, l'égalité entre les femmes et les hommes, la dignité humaine."

Le soutien des parlementaires isérois

Philippe Cardin et son conseil demandent donc au Président de la République "l’appui des services de l’Etat pour examiner notamment le bien-fondé et la légitimité du financement d’un tel projet, l’agrément d’une telle association et le respect des règles s’appliquant à l’école hors contrat." Le maire, divers gauche, rappelle que la Fraternité Saint Pie X avait organisé, il y a quelques années, une conférence intitulée : "Les droits de l'homme : comment et pourquoi les combattre."

Le maire explique qu'il a reçu le soutien de neuf députés LREM et du sénateur EELV, Guillaume Gontard. Ces parlementaires isérois ont écrit, respectivement, au ministre de l'Intérieur et des cultes et au premier ministre dans ce sens. "Cela prouve qu'un front républicain existe et je les remercie pour ce soutien" se réjouit Philippe Cardin.

Le permis de construire a été affiché sur les murs de l'école
Le permis de construire a été affiché sur les murs de l'école © Radio France - Véronique Pueyo

L'ancien maire de Meylan réagit 

De son côté, l'ancien maire de Meylan, Jean Philippe Blanc, élu en 2017, mais battu dès le premier tour aux municipales de 2020, a tenu à faire quelques précisions. Il nous a transmis sa réponse aux propos de Philippe Cardin, que voici : 

"Philippe Cardin rappelle que tous les maires de Meylan, de droite comme de gauche, avaient toujours refusé de signer le permis de construire. *Mais mon prédécesseur et son adjoint à l'urbanisme se sont empressés, eux, de le signer en décembre 2017*. Ce qu’écrit monsieur Cardin est mensonger. Il déforme totalement la vérité. Ce permis de construire a été instruit par MES prédécesseurs. Le dossier était clos lors de mon élection et nécessitait d’être signé sous peine d’être poursuivi devant le tribunal.

Ce permis de construire a été étudié et instruit pendant plusieurs années. En effet, j’ai retrouvé un procès verbal d’une réunion publique concernant ce projet datant de juillet 2014.

Lorsque je suis élu le 22/10/2017, l’instruction du permis de construire est close. Il ne manque que la signature. J’ai vérifié avec le service urbanisme que les règles avaient toutes été respectées. Le cabinet d’avocats de la commune spécialisé en urbanisme n’a de son côté rien trouvé d’anormal. Je tiens à féliciter particulièrement le professionnalisme et la qualité du travail réalisé par le service urbanisme de la commune dans ce dossier. Le rejet du recours par le tribunal administratif en est la preuve.

Dans le cadre de la continuité républicaine, plus rien ne s’opposait à cette signature.   Je rappelle qu’un maire doit vérifier la légalité du permis de construire. Il ne peut s’opposer sur le simple fait que le demandeur ou le pétitionnaire ne lui plaisent pas. Si j’avais refusé de signer ce permis de construire, ce ne serait pas aujourd’hui l’association MeyDia qui serait condamnée mais la commune. J’aurais alors engagé financièrement et juridiquement la commune. 

Les positions de Meydia association Meylanaise et soutien du Maire actuel (à l’époque dans l’opposition) n’ont aucun rapport avec les règles d’urbanisme qui sont toutes respectées, elles font référence à des notions de nature politique contestant les droits d'exercice de cette association à caractère religieux. 

La décision de Monsieur Cardin d’interpeller l’État est une décision purement politique qui ne doit en aucun cas impliquer la commune et encore moins ses prédécesseurs à la Mairie."

Ecoutez Philippe Cardin, le maire de Meylan

Pas de commentaire de la fraternité Saint Pie X

Enfin, rappelons que la Fraternité Saint Pie X s'est refusée à tout commentaire depuis le début de la polémique autour de la construction de son église. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess