Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La ville de Montreuil décide d'éteindre l'œuvre du plasticien Claude Lévêque accusé de viols

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

La ville de Montreuil (Seine-Saint-Denis) a décidé d'éteindre une installation monumentale du plasticien Claude Lévêque, visé par une enquête pour viols et agressions sexuelles sur mineurs, a-t-on appris jeudi auprès de la municipalité.

Claude Lévêque
Claude Lévêque © Maxppp - PHOTOXPRESS

Le sujet était au centre d'une polémique. Fallait-il éteindre l'installation monumentale du plasticien Claude Lévêque? La Ville de Montreuil répond oui ce jeudi. 

L'artiste âgé de 67 ans, qui habite Montreuil, est au cœur d'une enquête pour viols et agressions sexuelles.

Il est accusé par le sculpteur Laurent Faulon de l'avoir violé entre ses 10 ans et 17 ans, au milieu des années 1980. Il a signalé ces agissements dans une lettre, révélée par Le Monde, adressée en février 2019 à la procureure de Bobigny, qui a ouvert une enquête préliminaire confiée à la Sûreté territoriale de la Seine-Saint-Denis.

L'installation de Claude Lévêque va être éteinte

La Ville de Montreuil a donc tranché. Elle annonce ce jeudi qu'elle a décidé d'éteindre l'œuvre qui, pour l'instant, reste en place. 

L'installation intitulée "Modern Dance" est une sculpture lumineuse bleue qui s'articule autour du château d'eau de Bel-Air. Elle est en place depuis 2015. Elle a été réalisée dans le cadre d'un projet de rénovation urbaine. 

Une réponse au malaise de certains habitants

"Il ne s'agit _pas de censure, ni de remettre en question la présomption d'innocence__",  déclare Alexie Lorca, l'adjointe au maire en charge de la culture. "Nous dissocions l'oeuvre de l'artiste_", a ajouté l'élue, "mais l'œuvre est une installation monumentale qui est dans l'espace public et donc imposée à tous les habitants". 

Des habitants du quartier et des associations avaient fait savoir à la mairie qu'ils étaient "mal à l'aise" après les accusations de viols à l'encontre du plasticien.

Que deviennent les autres œuvres de Claude Lévêque

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot se pose la question du devenir des oeuvres de Claude Lévêque, notamment le tapis Soleil Noir qui orne un bureau de l'Elysée. "Je pense qu'il sera très certainement retiré étant donné l'aspect emblématique de la présidence de la République", a-t-elle avancé. 

L'Elysée a indiqué de son côté "ne pas faire de commentaires dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte". 

A Montrouge (Hauts-de-Seine), la municipalité doit débattre jeudi du sort d'une œuvre de l'artiste qui surmonte le Beffroi de la ville. Cette installation en néons fait partie d'un ensemble de 25 œuvres exposées dans le centre culturel de la ville dans le cadre d'un festival d'art qui devait se tenir début mars 2021 mais dont le maintien reste à déterminer en raison des conditions sanitaires, a précisé la municipalité.

Mardi, le conseil régional des Pays de la Loire a annoncé le retrait de l'installation "Mort en été" de l'exposition permanente de l'Abbaye royale de Fontevraud (Maine-et-Loire) "jusqu'à ce que la justice fasse la lumière sur les accusations de viols et agressions sexuelles sur mineurs". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess