Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
DIRECT - Grève du 5 décembre : au moins 285.000 manifestants dans une quarantaine de villes
Société

La ville de Paris devrait voter contre les animaux sauvages dans les cirques

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

La mairie de Paris devrait voter lors du conseil de Paris, ce mardi, une délibération pour interdire les spectacles itinérants avec animaux sauvages. Dans la région, 12 villes ont déjà émis des vœux en ce sens. La Ministre de l'Environnement devrait bientôt se prononcer sur une interdiction.

Illustration Cirque avec Animaux
Illustration Cirque avec Animaux © Maxppp - PHOTOPQR/PRESSE OCEAN/MAXPPP/Romain Boulanger

Paris, France

Dans la capitale, les cirques itinérants n'auront plus le droit d'exploiter des animaux sauvages, à partir de 2022. D'ici là, une convention sera signée : la mairie financera des mesures de reconversion en échange de la fin des spectacles d'animaux sauvages. Sauf que cette délibération ne concerne pas les cirques qui ne sont pas itinérants : comme le cirque d'hiver Bouglione et par ailleurs, cette délibération n'aura pas d'impact sur toutes les villes de la Région qui pourront continuer à accueillir des cirques avec animaux.   

Vérifiez par vous même, qu'au cirque, on ne maltraite pas les animaux ! - Cirque Lydia Zavatta

C'est le cas notamment au Vésinet (Yvelines), où en ce moment : le cirque "Lydia Zavatta" est installé . Ce cirque qui a pris ses quartiers dans un parc avec de l'espace et de l'herbe attire beaucoup de monde. Ce dimanche, comme l'a constaté France Bleu Paris, il y avait plus d'une demi heure d'attente pour avoir un billet et signe que ce débat est dans toutes les têtes, un message de deux minutes tourne en boucle quand les spectateurs arrivent à l'entrée. Ce message dit entre autre, "Cher public, ne soyez pas dupe face aux campagnes mensongères et calomnieuses de certaines association, vérifiez par vous même, qu'au cirque, on ne maltraite pas les animaux et admirez les animaux heureux et en pleine santé en totale complicité avec l'homme". 

Une relation très forte entre l'animal et l'homme" - Un spectateur 

Malgré plusieurs sollicitations, le cirque "Lydia Zavatta" ne veut pas parler aux journalistes, estimant que "ce débat n'a pas lieu d'être". Pendant plus de deux heures, les numéros s’enchaînent avec des dromadaires, des chevaux et des lions, les spectateurs en sortent émerveillés. L'un d'eux explique à France Bleu Paris que l'une des dimensions qui l'a "le plus touché, c'est justement de percevoir la relation entre les dompteurs et les animaux, on sent qu'il y a une relation très forte entre l'animal et l'homme". Un autre spectateur ajoute : "on ressent que les animaux sont en bonne santé et qu'ils s'en occupent bien"

Il est temps d'arrêter "la souffrance animale" - Les associations  

Les associations et les élus opposés à l'utilisation des animaux à des fins de spectacle estiment de leur côté qu'il est temps d'arrêter "la souffrance animale".  Dans la région Ile-de-France, au moins 12 villes ont déjà pris position, la dernière en date, c'est Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) où des élus ont formulé un vœu, voté en septembre dernier. A l'origine de ce vœu, Ali Id Elouali, maire adjoint en charge de l'écologie urbaine. "J'ai été alerté par des habitants qui m'ont envoyé des photos ou des animaux étaient en souffrance avérée, c'était pendant la canicule et le spectacle sistre et triste de ces animaux m'a mis en colère et je me suis dit qu'il fallait porter cette exigence sociale d'une ville sans souffrance".  

La ministre de l'Environnement devrait bientôt se prononcer 

Le but des opposants désormais est de faire pression sur le gouvernement, car seul l'Etat a le pouvoir de modifier l'arrêté ministériel du 18 mars 2011 qui autorise les spectacles animaux sauvage. Pour Amandine Sanvisens, présidente de l'association "Paris Animaux Zoopolis" à l'origine de plusieurs manifestions devant les cirques ces dernières semaines : "La ministre Elisabeth Borne va prendre des décisions sur la captivité des animaux sauvages dans les cirques, dans les semaines à venir et donc on espère qu'il y aura une interdiction totale des animaux sauvages dans les cirques, en France. La question c'est où va être placé le curseur ? le gouvernement pourrait interdire uniquement les éléphants par exemple mais pour nous ça serait passer à côté du sujet puisque la majorité des animaux captifs sont les primates et les fauves".   

L'opinion majoritairement contre les cirques avec animaux 

Les associations de protections animales estiment enfin avoir le soutien de l'opinion, puisqu'un récent sondage publié en octobre dernier par Opinion Way et commandé par la SPA, la Fondation Brigitte Bardot et la Fondation Droit Animal "deux tiers des français se disent défavorables à la présence d'animaux sauvages dans les cirques".   

Voici la liste des villes de la région Ile-de-France déjà opposées aux cirques avec animaux. Seine-et-Marne : Combs la ville, Esbly, Lagny-sur-Marne, Lieusaint  / Val-de-Marne : Ivry-sur-Seine, Fontenay-sous-Bois, Choisy-le-Roy / Essonne : Mennecy, Vigneux-sur-Seine, Viry-Chatillon, Yerres /  Yvelines : Saint-Arnoult-en-Yvelines

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu