Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Lactalis : après l'enquête de Disclose, l'association des familles de victimes réclame une enquête judiciaire

Dénoncé par le média Disclose, pour des supposées méthodes contestables de production du lait, le groupe Lactalis est à nouveau pointé du doigt par l'association des familles de victimes du lait contaminé qui demande l'ouverture d'une enquête judiciaire.

Quentin Guillemain, président de l'association des familles de victimes.
Quentin Guillemain, président de l'association des familles de victimes. © Maxppp - PHOTOPQR/REPUBLIQUE DU CENTRE

Après la publication d'une enquête du site internet d'investigation Disclose, l'association pour la santé des enfants, qui avait défendu les familles victimes du lait contaminé aux salmonelles en 2017, demande l'ouverture d'une enquête judiciaire contre le groupe Lactalis.

Le média Disclose soupçonne le groupe le géant laitier mayennais de "pratiques contestables". Les quatre journalistes à l'initiative de cette enquête évoquent "du mouillage de lait", du "recyclage de fromages tombés au sol". Relayée par plusieurs médias tels que France 2, France Culture ou The Guardian, l'enquête autour de Lactalis estime que, depuis 2010, 38 usines Lactalis "ont été ou sont toujours en violation du code de l'environnement". En cause des rejets polluants dans certains cours d'eau, à des normes supérieures aux niveaux autorisés par la loi. 

"Permis de polluer" 

Disclose ajoute également que sur ces 18 dernières années, Lactalis aurait touché près de 40 millions d'euros de subventions publiques. Notamment de la part des agences de l'eau, comme une sorte de "permis de polluer" pour le président de l'association des familles de victimes, Quentin Guillemain. Et cela avec la bénédiction de la puissance publique. "Elle est complice, au moins par omission. Quand vous continuez à subventionner des entreprises pour qu'elles soient exemplaires et qu'elles ne le sont pas, cela veut dire que cela ne sert à rien. C'est extrêmement choquant. Imaginez si on donnait de l'argent à une association qui finalement ne ferait rien... On lui demanderait de rembourser ! Là on parle de 40 millions d'euros pour continuer à polluer", estime Quentin Guillemain. 

Contacté par notre rédaction, le groupe Lactalis n'a pas encore répondu à nos sollicitations. "Lactalis respecte scrupuleusement la réglementation européenne en matière de lait ou de fabrication de fromage", a déclaré le groupe mayennais à nos confrères de l'Agence France Presse. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess