Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Mort de Lady Diana : comment Paris a géré le souvenir de la princesse depuis 20 ans

mardi 29 août 2017 à 20:07 Par Martine Bréson, France Bleu Paris et France Bleu

Vingt ans après la mort de la princesse Diana dans un accident de voiture sous le pont de l'Alma le 31 août 1997, comment Paris a-t-elle rendu hommage à la princesse et qui s'est mobilisé ? Une flamme, un jardin et des initiatives avortées : on vous explique ce qui s'est passé en vingt ans.

Lady Di est morte le 31 août 1997.
Lady Di est morte le 31 août 1997. © Radio France - Martine Bréson

Paris

Vingt ans après la mort de Lady Di, les admirateurs de la princesse continuent à lui rendre hommage devant la reproduction grandeur réelle de la flamme de la Statue de la Liberté. Le monument n'a rien à voir avec la mort de la princesse Diana tuée dans un accident de voiture juste en-dessous, sous le tunnel de l'Alma le 31 août 1997. Et pourtant, ce monument offert par le journal Hérald Tribune en 1987 pour commémorer l'amitié franco-américaine et remercier la France pour la restauration de la Statue de la Liberté, a tout de suite servi de lieu de mémoire.

Les hommages avaient fini par détériorer le monument

Nombreux sont ceux qui pensent que cette flamme est un monument pour Diana. Tout de suite après le décès de la princesse de Galles, tous ceux qui avaient été touchés par cette mort se sont retrouvés naturellement à cet endroit devenu un lieu de recueillement. Si au fil de ces 20 années, les fleurs, les bougies, les lettres, les cadenas ont diminué, ils sont, malgré tout, toujours là. Et le rituel risque de se renforcer à l'occasion du vingtième anniversaire de la disparition de la princesse. C'est désormais un passage obligé pour les touristes du monde entier.

A Paris 20 ans après la mort de Lady Diana. - Radio France
A Paris 20 ans après la mort de Lady Diana. © Radio France - Martine Bréson

Mais ce site n'avait pas été pensé pour ça et il avait, au fil des premières années, peu à peu souffert de ces papiers collés sur le socle, des coulures de bougies et des graffiti gravés au couteau par les fans. La réplique de la flamme est en cuivre doré posée sur un socle en marbre gris et noir. Elle a été entièrement restaurée, embellie et surélevée.

Le jardin lieu officiel d'hommage à la princesse est tombé dans l'oubli

Peu de gens le savent mais officiellement c'est le Clos des Blancs-Manteaux, au 21 de la rue, qui a été choisi pour commémorer le décès de la princesse. Ce jardin public devenu jardin partagé est situé au cœur du Marais. Le maire du IVe arrondissement, Lucien Finel, décédé en 2013, avait à l'époque soutenu le projet à bout de bras. Et la réalisation n'avait été sans mal car au moment des travaux une dalle de béton et des caves voûtées avaient été découvertes par les terrassiers.

Inauguration avec le maire de Paris, Jean Tibéri, de la plaque en mémoire de Lady Di. - Maxppp
Inauguration avec le maire de Paris, Jean Tibéri, de la plaque en mémoire de Lady Di. © Maxppp - O. Corsan

Le jardin est consacré aux plantes et inspiré des jardins médiévaux. Il n'a pas reçu comme cela avait été un temps envisagé, le nom de la princesse. Une plaque à la mémoire de Lady Di a cependant été posée. Pourtant la flamme attire d'avantage que le jardin. Le symbole parle d'avantage aux fans de la princesse. Il leur rappelle la chanson qu'Elton John avait chantée il y a 20 ans pour l'enterrement de Diana : "Candle wind" (Une bougie dans le vent). La princesse est inhumée dans le centre de l'Angleterre dans son domaine familial d'Althorp.

Les initiatives qui ont été abandonnées

Outre le jardin de la rue des Blancs manteaux qui ne s'appellera finalement pas Jardin de la princesse Diana, il y a aussi la flamme qui aurait pu prendre le nom de Lady Di. La place de l'Alma où se trouve la flamme en septembre 97 aurait dû s'appeler place Maria Callas pour le 20ème anniversaire de la mort de la cantatrice mais la ferveur populaire autour de cette flamme après la mort de Diana a conduit le conseil de Paris et son maire de l'époque, Jean Tibéri, à renoncer à ce projet. Quand à lui donner le nom de la princesse, c'est un projet qui a aussi été abandonné en raison d'une opposition de la cour d'Angleterre.

Les initiatives qui n'ont pas abouti

En août 2007, pour les 10 ans de la mort de Diana, deux hommes tiennent un stand près de la flamme, un stand improvisé où ils appellent à une souscription privée pour ériger un mémorial en bronze à l'image de Diana sur le pont de l'Alma. Ils affirment alors à plusieurs médias avoir récolté 7 000 euros mais il en faudrait 150.000 dit un certain Dominique de Fontenay à nos confrères du journal 20 Minutes. Il affirme avoir envoyé des lettres au maire, au président Sarkozy et au préfet. Notre enquête n'a pas permis de retrouver ces deux hommes. Que sont devenus les 7.000 euros qu'ils disaient avoir recueillis ? Cela reste pour l'instant un mystère.

On ne sait pas ce que sont devenus les deux hommes à l'origine du projet de statue pour Lady Di. - Aucun(e)
On ne sait pas ce que sont devenus les deux hommes à l'origine du projet de statue pour Lady Di. - 20 Minutes (copie d'écran)