Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Laetitia Descoin-Cucchi : "Il faut une sécurité sociale adaptée à la Corse"

jeudi 26 octobre 2017 à 18:04 Par Maxime Becmeur et Alexandre Sanguinetti, France Bleu RCFM

La présidente de l’association Inseme était ce jeudi 26 octobre l’invitée des Petits-Déjeuners de RCFM. Afin d’obtenir de la sécurité sociale une meilleure prise en charge des malades en déplacement sur le continent, Laetitia Descoin-Cucchi a souhaité interpeller les candidats aux territoriales.

Invitée des Petits Déjeuners de RCFM, Laetitia Descoin-Cucchi souhaite interpeller les candidats aux élections territoriales de décembre prochain.
Invitée des Petits Déjeuners de RCFM, Laetitia Descoin-Cucchi souhaite interpeller les candidats aux élections territoriales de décembre prochain. © Radio France - Hélène Battini - France Bleu RCFM

Corse, France

Depuis 2009, l’association Inseme vient en aide aux personnes malades et à leurs familles contraintes de se déplacer sur le continent. Invitée des Petits-Déjeuners de RCFM, sa présidente a commenté les sujets d’actualité et évoqué les différents projets portés par l’association.

L’acquisition d’un appartement pour accueillir les familles des malades corses à Marseille, près de l’hôpital de La Timone, constitue le dernier combat des bénévoles d’Inseme. « Il nous reste exactement 13 jours de collecte, précise Laetitia Descoin-Cucchi. Pour le moment, nous avons déjà pu récolter un peu plus de 40.000 euros. C'est énorme. Mais tout le monde doit continuer à se mobiliser. »

A droite, Laetitia Descoin-Cucchi, présidente de l'association Inseme, invitée ce jeudi 26 octobre d'Isabelle Don Ignazi et Alexandre Sanguinetti dans les Petits Déjeuners de RCFM. - Radio France
A droite, Laetitia Descoin-Cucchi, présidente de l'association Inseme, invitée ce jeudi 26 octobre d'Isabelle Don Ignazi et Alexandre Sanguinetti dans les Petits Déjeuners de RCFM. © Radio France - Hélène Battini - France Bleu RCFM

Par ailleurs, par la voix de sa porte-parole, Inseme lance un appel aux élus et aux futurs dirigeants de la prochaine collectivité unique de Corse.

« C’est au niveau politique que l’on pourra faire avancer les choses. C’est pourquoi nous demandons à tous les candidats s’ils partagent nos propositions. Nous voulons qu’ils engagent des discussions avec le gouvernement afin d’obtenir par dérogation la modification du code de la sécurité sociale. »

Laetitia Descoin-Cucchi, la présidente de l'association Inseme.

Selon Laetitia Descoin-Cucchi, le système de la sécurité sociale n’est pas adapté à la situation sanitaire de la Corse.

« Nous sommes le seul territoire de France qui n’a pas de CHU (centre hospitalier universitaire). Lorsqu’un enfant a un cancer, on est obligé de partir sur le continent pour se faire soigner. En partant de ce constat, pourquoi, de manière totalement artificielle, imposer des formalités administratives supplémentaires aux parents ? Quand la maladie ne peut être soignée en Corse, pourquoi est-ce que la sécurité sociale ne rembourse le billet d’avion que d’un seul parent ? Pour ce type de cas, les traitements médicaux, on le sait, sont douloureux et très longs… Pourquoi aucune nuitée d’hébergement n’est prise en charge par l’Assurance maladie ? On est parfois obligé de rester des mois sur place. Il faut que les choses évoluent. »

Laetitia Descoin-Cucchi, la présidente de l'association Inseme.

Sur ces sujets, Inseme souhaite interpeller la CTC et ceux qui siégeront dans la nouvelle Assemblée à partir du 1er janvier 2018.

« C’est la CTC qui édite les obligations de service public, c’est-à-dire les règles avec lesquelles les avions et les bateaux circulent, dans le cadre de la dotation de continuité territoriale. La Collectivité pourrait imposer par exemple aux compagnies aériennes et maritimes de réserver des quotas de places prioritaires pour les personnes qui se déplacent pour des raisons médicales », expose la présidente de l’association.

Au milieu de la campagne des territoriales, Inseme a bien l’intention de faire valoir ses propositions pour améliorer le quotidien des malades. L’association espère peser dans le débat démocratique.