Société

Laissé à l'abandon, les Tourangeaux ne reconnaissent plus le haut de la rue Nationale

Par François Desplans, France Bleu Touraine mardi 20 octobre 2015 à 11:41

Une quinzaine de commerces fermés sur le haut de la rue Nationale
Une quinzaine de commerces fermés sur le haut de la rue Nationale © Radio France - François Desplans

Le haut de la rue Nationale doit être entièrement réaménagé d'ici 2018. Résultat, tout doit disparaître. Les commerces existants ferment les uns après les autres. Sauf quatre d'entre eux. Toujours ouverts, ils ont bien du mal a exister au milieu de toutes ces vitrines abandonnées.

Des commerces fermés, des devantures entièrement vides, le haut de la rue Nationale semble plus que jamais à l'abandon.

Triste vision du haut de la rue Nationale - Radio France
Triste vision du haut de la rue Nationale © Radio France - François Desplans

Cette entrée dans le coeur de ville de Tours doit être entièrement réaménagée d'ici 2018. Mais les premiers travaux de démolition ne commenceront pas avant l'année prochaine. Résultat, on ne compte plus aujourd'hui les locaux entièrement vides. Tristesse et abandon, deux mots qui reviennent très souvent dans la bouche des Tourangeaux.

Des palmiers et de larges massifs fleuris tentent de cacher le vide commercial - Radio France
Des palmiers et de larges massifs fleuris tentent de cacher le vide commercial © Radio France - François Desplans

Sur la vingtaine de commerces présents sur le haut de cette rue Nationale, seuls quatre sont encore ouverts. C'est le cas des salons de coiffure Carpy. Ils savent qu'ils doivent quitter les lieux. Mais quand ?  Et à quelles conditions ? Mystère.

Michel kunzler, chargé du développement des salons de coiffure Carpy

La mairie explique cette incertitude par un calendrier encore un peu flou. Les travaux de démolition se feront en plusieurs tranches. Or, les salons de coiffures Carpy situés juste après l'Eglise St-Julien seraient les derniers à devoir quitter les lieux. Il n'y aurait donc pas d'urgence. Les salons Carpy eux ne sont pas du même avis. Ils souffrent déjà d'une légère baisse de fréquentation lié à tous ces commerces vides autour d'eux. Ils réclament donc un nouveau point de chute si possible sur cette même rue Nationale, pour son salon qui fait également office de siège social de la marque mais aussi de pôle de formation.

Reportage de François Desplans