Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Landes : 350 manifestants à Dax contre les 80km/h, les taxes, la misère, "ça va finir en révolution"

samedi 27 janvier 2018 à 21:12 Par Jules Brelaz, France Bleu Gascogne

Entre 350 et 400 motards et automobilistes ont défilé samedi dans les rues de Dax. Ces citoyens ont manifesté leur colère contre la limitation à 80 km/h, la hausse du prix des carburants, la vie chère, etc. Ce mouvement national et apolitique a été lancé sur Facebook par un Périgourdin.

La manifestation Colère40 a rassemblé entre 350 et 400 motards et automobilistes à Dax.
La manifestation Colère40 a rassemblé entre 350 et 400 motards et automobilistes à Dax. © Radio France -

Dax, France

Dans la vie, ils sont ouvrier, cavalier, chauffeur routier, taxi, infirmier, demandeur d'emploi ou encore retraité. Et ils sont tous venus à Dax samedi pour dire la même chose, d'une façon plus ou moins polie : "ras-le-bol", "halte au racket fiscal", "on nous presse comme des citrons", "ils nous font chi**"

Privatisation des radars, limitation à 80km/h, prix du contrôle technique, du gazole qui augmentent... Marre d'être des vaches à lait

La limitation à 80 km/h, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase d'Audrey. Actuellement à la recherche d'un emploi , cette Landaise est l'administratrice de Colère 40, un groupe Facebook, créé il y a deux semaines, et qui compte déjà 4.580 membres. "Le mot d'ordre, c'est le ras-le-bol général du peuple français".

"Jeunes, vieux, même combat"

Dans le cortège de motards et d'automobilistes, il n'y a pas que des cheveux blancs. Gabriel, 11 ans, est lui aussi en colère.

Papa il fait plein de boulots, il paye des impôts mais on ne peut pas s'amuser tous les deux parce qu'il n'a pas assez d'argent.

Âgé d'une vingtaine d'années, Jacky est cavalier d'entraînement pour des chevaux de courses. C'est sa première manifestation. "Passer à la pompe et mettre 10 euros de plus dans la Clio, mais il n'y a pas que ça, je vois ma grand-mère, la CSG qui lui est prise sur sa retraite, jeunes, vieux, même combat." 

"Macron, on n'est pas des serfs et tu n'es pas le roi" dit cette motarde. - Radio France
"Macron, on n'est pas des serfs et tu n'es pas le roi" dit cette motarde. © Radio France -

"Macron, c'est vraiment le président des riches"

Plus que la limitation à 80 km/h ou le prix des carburants, le dénominateur commun à tous les manifestants est peut-être le rejet d'une certaine classe politique et le ras-le-bol devant les inégalités qui se creusent. "Ça fait cinquante ans qu'on se fait couillonner, explique Yann, chauffeur routier, particulièrement marqué par l'affaire Fillon, moi j'en ai marre de me serrer la ceinture et quand je vois la vie de mes enfants qui triment comme des malades, on n'est pas que des vaches à lait."

Vous savez, à cette époque-là, il fallait se serrer la ceinture, on avait un ministre qui était ventripotent, mais lui, il ne se serrait pas la ceinture, il avait des bretelles ! 

Francis, aide-soignant à l'hôpital, fait le même diagnostic. Il en veut à Emmanuel Macron, "c'est vraiment le président des riches". Son remède ? Une révolution. A 60 ans passés, Jean-Louis rêve aussi de barricades. Ce conducteur de poids lourds est "partisan d'une révolution". "Et je suis même prêt à leur couper la tête à tous ces pourris". "Peut-être pas en allant jusque là", lui répond un autre manifestant.

Ambiance malgré tout bonne enfant, grâce à "Pokémon, la licorne et la lapine" - Radio France
Ambiance malgré tout bonne enfant, grâce à "Pokémon, la licorne et la lapine" © Radio France -

En colère dans les Landes