Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Landes : après l'été, c'est la saison des voitures sans permis

-
Par , France Bleu Gascogne, France Bleu

1152 personnes se sont vues suspendre le permis de conduire depuis le début de l'année dans les Landes. 542 personnes pour l'alcool, 354 pour la vitesse. Et durant l'été, il y a 20% de suspensions en plus pour des alcoolémies positives. Après la saison estivale, c'est la saison des voiturettes.

Un contrôle d'alcoolémie positif. Image d'illustration.
Un contrôle d'alcoolémie positif. Image d'illustration. © Radio France - DAVID ADEMAS

Département Landes, France

La rentrée de septembre, c'est la saison des voiturettes. Car il y a un phénomène saisonnier aux suspensions de permis, surtout en ce qui concerne les suspensions de permis liées à l'alcool.

La saison des fêtes

Plus de suspensions de permis pour des alcoolémies positives durant l'été, vous allez dire logique, l'été c'est la saison des ferias, des fêtes de village, des apéros qui se prolongent. Résultat, selon les chiffres de la préfecture des Landes, en moyenne, il y a une augmentation de 20% des suspensions de permis pour l'alcool en juillet/aout par rapport au reste de l'année. En 2019, 153 personnes ont vu leur permis être suspendu durant ces deux mois de vacances dans les Landes. Ce qui fait en moyenne entre deux et trois permis par jours. 

Hugo, 19 ans, a lui perdu son permis aux fêtes de la Madeleine. Il avait un peu plus d'un gramme d'alcool par litre de sang : "le vendredi matin, j'ai pris la voiture pour rentrer chez moi et les gendarmes étaient au rond point des pompiers. Ils m'ont fait souffler et j'étais positif. J'avais dormi un peu dans la voiture , je pensais que j'étais négatif, sauf que c'était trop tôt."

Hugo a donc eu son permis de conduire suspendu. Pour se déplacer, il a emprunté le scooter de son petit frère : "c'est la seule chose que je peux conduire, ou alors une voiturette". 

Septembre, la saison des voiturettes

Comme souvent, le malheur des uns fait le bonheur des autres. S'il y a une saison pour perdre son permis, il y a donc aussi une saison pour les loueurs de voiture sans permis. Et la pleine saison de la voiture sans permis, c'est maintenant. "A partir de septembre et octobre. Ils en ont profité tout l'été, et malheureusement, on recommence la rentrée, sans le permis", confirme Julien, loueur de voiturette à Dax. 

"On est à peu près à 80% de coup de téléphone en plus", explique le loueur qui reçoit deux à trois appels téléphoniques pour se renseigner sur les voitures sans permis durant l'année. Mais à la rentrée de septembre, il est plutôt à cinq coups de téléphone par jour pour ce sujet. 

Le loueur de voiturette travaille depuis trois ans dans son agence. Au début, il a été surpris par la sociologie des personnes qui venaient chercher une voiture sans permis : "Un journaliste, des profs, un proviseur et même un élu", raconte le jeune homme. En fait, beaucoup de cadres et quasiment aucun ouvrier. La raison, c'est sans doute le prix. Louer une voiturette, c'est 600 euros par mois et souvent, le permis est suspendu pour au moins 3 mois. 

Choix de la station

France Bleu