Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Pic de chaleur dans les Landes : l'option du travail matinal

Par

Des pics de chaleur sont attendus ce jeudi, notamment en début et milieu d'après-midi. Météo France prévoit des maximales à 41°C à Pissos, 40°C à Mont-de-Marsan ou encore 40°C à Peyrehorade. Certains secteurs vont devoir s'adapter, notamment pour les salariés qui travaillent en plein soleil.

Pas facile de travailler en plein soleil quand il fait plus de 40°C : on essaie de trouver de l'ombre comme on peut... (Photo d'illustration) Pas facile de travailler en plein soleil quand il fait plus de 40°C : on essaie de trouver de l'ombre comme on peut... (Photo d'illustration)
Pas facile de travailler en plein soleil quand il fait plus de 40°C : on essaie de trouver de l'ombre comme on peut... (Photo d'illustration) © Radio France - Sixtine Lys

Les fortes chaleurs attendues ce jeudi vont obliger certains secteurs à s'adapter. Dans plusieurs communes comme Pissos, Mont-de-Marsan ou Peyrehorade, Météo France prévoit des températures d'au moins 40°C. Impossible pour les entreprises de laisser leurs salariés travailler de longues heures en extérieur sans ombre avec des chaleurs pareilles. 

Publicité
Logo France Bleu

Le Sivom du Born collecte et traite les déchets d'une vingtaine de communes landaises. Avec les chaleurs attendues, la structure a décidé d'appliquer son plan spécial chaleur, imaginé l'été dernier lors des pics de chaleur. Conséquences : les horaires d'ouverture des déchetteries sont modifiés. Elles sont ouvertes de 7 heures à 14 heures au lieu des horaires habituels (qui sont en général 9h-12h/14h-18h). 

"Ils travaillent sur des zones bitumées qui prennent énormément le soleil"

L'objectif est de protéger les employés qui travaillent en plein cagnard, explique Yoann Brun, le responsable des services techniques. "Malgré ces fortes températures, on a toujours des gens qui essaient de venir l'après-midi et qui ne comprennent pas forcément pourquoi on est fermé, raconte Yoann Brun. On essaie de leur expliquer qu'il y a une énorme différence entre être en plein soleil pendant 20 minutes le temps de vider des déchets, et être toute la journée en plein soleil sur un site exposé comme une déchetterie." 

"C'est vraiment important que les gens comprennent pourquoi on le fait, poursuit-il. Ce n'est pas une solution de facilité, c'est simplement qu'on a une obligation par le code du travail, mais surtout une obligation humaine. On doit protéger nos agents. Ils travaillent sur des zones bitumés qui prennent énormément le soleil. Ce ne sont pas du tout des zones fraîches."

Il invite les usagers à comprendre la raison de ces modifications d'horaires : "On sait que ça peut embêter certaines personnes, mais ce n'est pas sur une période très longue. Même pour les usagers, certains peuvent faire des malaises lorsqu'ils viennent vider des déchets en pleine après-midi. Le but, c'est de mettre tout le monde dans les meilleures conditions." 

Le retour à la normale dans les déchetteries du Sivom du Born est prévu dès le lendemain, ce vendredi.

"À partir de 11 heures, ça va commencer à piquer !"

À l'agglomération de Mont-de-Marsan également, le service technique a décidé de mettre en place un protocole spécial. En effet, les employés travaillent aussi bien dans les jardins et les parcs que sur la voirie... Autant dire en plein soleil, avec parfois très peu voire pas du tout d'ombre pour se protéger. Ils font partie, tout comme les agents des déchetteries, des salariés les plus exposés aux fortes chaleurs. 

Là aussi, les horaires vont donc être modifiés exceptionnellement ce jeudi. "On va faire une journée continue le matin", explique Alain Laborde, le responsable adjoint du service. Cela signifie que les agents vont travaillent en continu de 6 heures à 13 heures, au lieu 7 heures - 15 heures avec une pause déjeuner. Un changement indispensable compte-tenu des températures. "Le moment où les agents souffrent le plus, c'est entre midi et quinze heures. Et à partir de 11 heures, je pense que ça va commencer à piquer", précise Alain Laborde.

Heureusement, depuis l'année dernière, les agents disposent d'une glacière individuelle, avec des blocs de glace qu'ils doivent mettre au congélateur chez eux. Sur les chantiers, cela permet d'avoir toujours avec soi des boissons fraîches. 

Dernière précaution : la mise en place des "pauses fraîcheurs". "Toutes les heures, on s'arrête 5-10 minutes, on boit un coup et on repart", décrit Alain Laborde. Malgré cela, la journée risque d'être compliquée : "Ça ne va pas être facile, vous savez, on essaiera de trouver un peu d'ombre."

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu