Société

Landes : connaissez-vous ce panneau de signalisation ?

Par Nelly Assenat, France Bleu Gascogne et France Bleu dimanche 28 août 2016 à 7:00

Il y a quatre panneaux de ce genre qui encadrent désormais les parkings du Manot
Il y a quatre panneaux de ce genre qui encadrent désormais les parkings du Manot © Radio France - Nelly Assénat

Si vous répondez non, c'est normal. Ce panneau a été inventé par un propriétaire de Saint-Pierre du Mont (Landes) pour dissuader les pilotes de scooters et de moto de faire hurler leurs engins sur le parking de la zone commerciale du Manot.

Un panneau de signalisation d'un nouveau genre vient de voir le jour à Saint-Pierre du Mont : il s'agit d'un motard barré en rouge alors qu'il est en train de rouler sur une grosse cylindrée, le tout sous-titré :  "Ce parking n'est pas un circuit".

Depuis le fin du mois de juin quatre panneaux de ce genre ont été installés au Manot, sur les parkings du magasin Leader Price et des commerces de la mini-zone commerciale.

Un circuit moto improvisé le soir et le week-end... jusqu'à une heure du matin

Il fallait semble t-il préciser aux groupes de jeunes pilotes qui se rassemblent ici les soirs et les week-ends qu'un parking n'est pas un circuit moto.

Depuis l'ouverture de la zone commerciale il y a trois ans, le bitume a été refait pour laisser place à un ovale parfait sur une distance de 500 mètres, avec les commerces au milieu. Il y a une montée et une descente, ce qui en fait un endroit parfait pour les accélérations des scooters et autres cylindrées.

C'était la féria pendant des heures—Bruno, un voisin

Certains soirs la situation est infernale : "Le week-end c'est la féria, des motos qui pétaradent sur le parking pendant des heures, le samedi et le dimanche tout l'après-midi et souvent le soir", se désole Bruno qui habite aux premières loges puisque sa maison est collée à l'une des pistes d'accélération. Bruno a tenté d'aller parlementer avec les jeunes pilotes "mais je me suis fait insulté", assure t-il.

Reportage Nelly Assénat

Le dossier atterrit donc sur le bureau du maire. Le propriétaire des terrains décide alors d'installer ces quatre panneaux d'un nouveau genre en juin 2016.

Depuis, la situation semble d'être un peu calmée. Les riverains espèrent que ce n'est pas seulement l'effet des vacances scolaires, mais que les jeunes pilotes ont aussi compris que leurs soirées étaient un peu... bruyantes.

Partager sur :