Société

Landes : des salariés licenciés à Mont-de-Marsan car ils refusent leur mutation à 650 kilomètres près de St-Etienne

Par Frédéric Denis, France Bleu Gascogne mardi 24 mars 2015 à 16:39

Des salariés de Marrel devant leur usine à Mont-de-Marsan
Des salariés de Marrel devant leur usine à Mont-de-Marsan © Radio France - Frédéric Denis

Vingt-quatre des vingt-cinq salariés de Marrel Sud-Ouest, qui fabriquent de grosses bennes en acier pour camions à Mont-de-Marsan, vont se retrouver au chômage. Les lettres de licenciements devraient partir d'ici fin avril. Selon Force Ouvrière, la direction veut regrouper la production dans la Loire et fermer le site montois en déficit chronique depuis quatre ans.

Vingt-quatre des vingt-cinq salariés de Marrel Sud-Ouest , qui fabriquent de grosses bennes en acier pour camions à Mont-de-Marsan, vont se retrouver au chômage. Les lettres de licenciements devraient partir d'ici fin avril. Ces salariés refusent la proposition de la direction de leur groupe. Elle leur propose une mutation dans un autre site du groupe près de Saint-Etienne ou en Seine-et-Marne .

Le groupe veut regrouper ses fabrications de bennes dans la Loire car le site de Mont-de-Marsan est en difficulté financière . Les commandes baissent depuis quelques années.  Le patron du syndicat Force ouvrière dans les Landes assure que le groupe Marrel a sciemment coulé l'usine montoise en faisant baisser sa charge d'activité. Il juge la proposition de mutation proposée cynique .

"C'est vraiment du mépris"

Les salariés de Marrel Sud-Ouest à Mont-de-Marsan ont en moyenne 38 ans. La majorité a une ancienneté dans l'entreprise de plus de 15 ans. Un sur trois a même plus de trente ans d'ancienneté.

Mutation Marrel 1 son

Les salariés se battent maintenant pour négocier les meilleures conditions de départ possible. Une réunion est prévue avec leur direction ce vendredi à ce sujet. Ils ont débrayé et manifesté devant leur usine lundi après-midi à l'appel du syndicat Force Ouvrière.

Nous avons cherché à joindre le groupe possédant les Bennes Marrel. Il ne nous a pas encore répondu à cette heure.

A LIRE AUSSI

Les salariés de Marrel, à Mont-de-Marsan, refusent d'être mutés dans la Loire

Partager sur :