Société

Landes : les camions bientôt de retour sur les routes secondaires ?

Par Théo Hetsch, France Bleu Gascogne jeudi 3 novembre 2016 à 18:39

Depuis un an et demi, les poids-lourds étaient obligés d'emprunter les autoroutes A65 et A63.
Depuis un an et demi, les poids-lourds étaient obligés d'emprunter les autoroutes A65 et A63. © Radio France - Faustine Mauerhan

L'an dernier, le conseil départemental avait pris plusieurs arrêtés pour interdire la circulation des camions sur quatre routes landaises. Mais les transporteurs routiers ont attaqué ces arrêtés devant le tribunal administratif. Et ce jeudi 4 novembre, le rapporteur public leur a donné raison.

Les camions ont gagné une première bataille contre le conseil départemental ce jeudi 3 novembre. Ils pourraient de nouveau rouler sur certains axes routiers interdits. L'an dernier, le département avait pris plusieurs arrêtés pour interdire la circulation des camions sur 4 routes landaises, notamment entre Mont-de-Marsan et Hagetmau et entre Mont-de-Marsan et Saugnacq-et-Muret. Il voulait obliger les camions à prendre l'autoroute. Mais ce jeudi, le rapporteur public a donné raison aux transporteurs.

Selon lui, ces interdictions ne sont "ni nécessaires, ni proportionnées". Car les seules raisons pour bloquer l'accès des poids lourds à une route, c'est pour préserver la chaussée ou les ouvrages d'arts, les ponts notamment. Sur les 4 axes interdits, 2 sont ainsi abusifs selon lui:

  • La D 834 entre Mont-de-Marsan et Saugnacq-et-Muret. Ce tronçon passe notamment par Moustey ou Pissos. Mais ce passage est interdit depuis février 2015 aux plus de 7,5 tonnes en transit. Les camions se rendant par exemple au bassin d'Arcachon devaient prendre l'autoroute et passer par Bordeaux. Inutile et coûteux pour les transporteurs alors que la D 834 est une ancienne nationale, donc assez solide pour supporter le trafic. "Cette situation était aberrante en termes de kilomètres parcouru", explique Aline Mesples, présidente de l'OTRE (Organisation des Transporteurs routiers européens), "entre le prix de l'essence et des péages, cela ne nous rendait pas du tout compétitifs".

  • Autre axe concerné: Mont-de-Marsan - Hagetmau, puis la route d'Orthez (la D 933). Là aussi, c'est un axe stratégique, surtout à l'heure de la grande région.

Sur ces routes, les riverains pourraient bientôt revoir passer les camions. Mais il faut attendre la décision finale du tribunal dans 2 semaines, le 17 novembre prochain.

Deux autres interdictions maintenues

Les deux autres axes interdits aux poids-lourds par le département, entre Sore et Mont-de-Marsan, ainsi qu'entre Mont-de-Marsan et Aire-sur-l'Adour resteront eux interdits. Les transporteurs routiers ont décidé de ne pas faire de recours contre ces arrêtés-là. "Il pouvait y avoir effectivement des préoccupations en termes de sécurité routière", explique Aline Mesples, "nous avons été relativement raisonnables dans nos recours contre le département, on espère pouvoir maintenant démarrer un dialogue apaisé".

Le dialogue en question devrait inclure en plus la préfecture et les sociétés d'autoroute. Car selon les transporteurs, il existe d'autres solutions pour inciter les camions à rouler sur l'autoroute. Notamment baisser le prix de celles-ci, surtout l'A65, "l'une des plus chères de France", déplore Aline Mesples:

"On a un vrai problème de tarifs avec l'A65"