Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Landes : les messes en public ont repris ce dimanche

-
Par , France Bleu Gascogne

Les fidèles sont de retour dans les églises. Le gouvernement a donné son feu vert vendredi soir. Dans les Landes, des paroisses comme Notre-Dame-des-3 Rivières ont tenu célébré la messe ce dimanche. Exemple à Saint-Martin-d'Oney, près de Mont-de-Marsan.

Première messe depuis le déconfinement à Saint-Martin-d'Oney (Landes)
Première messe depuis le déconfinement à Saint-Martin-d'Oney (Landes) © Radio France - Valérie Mosnier

Les cérémonies religieuses ont pu reprendre dès ce samedi selon des modalités fixées par un décret publié au journal officiel et immédiatement entré en vigueur. Ce texte complète un décret du 11 mai sur les mesures de lutte contre le Covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire. 

Lundi, le Conseil d'Etat avait ordonné au gouvernement de lever dans un délai de "huit jours" l'interdiction totale de réunion de cultes figurant dans le décret de déconfinement du 11 mai.  "Si l'objectif d'une reprise généralisée des cérémonies religieuses reste le 3 juin", rappelle le ministère, "il sera ainsi possible (...) de célébrer à nouveau, progressivement, des offices" à compter de la parution du décret.

Une annonce qui a malgré tout surpris les responsables de l'église catholique dans les Landes, qui s'attendaient à célébrer la messe pour la Pentecôte, soit la semaine prochaine. Mais, des prêtres ont décidé de ne pas attendre. Ainsi, sur la paroisse Notre-Dame-des-3 Rivières, le père Gérard de Rodat raconte : "Samedi matin, j'ai pris mon téléphone et j'avais déjà plein de textos : "Gérard ça y est ! Il y aura une messe dimanche. C'est vrai que samedi matin, il a fallu vite se retourner. On avait déjà commencé le réaménagement : la distanciation, la commande de gel... Honnêtement, j'envisageais l'ouverture pour Pentecôte et là on nous dit on y va. Et je crois que c'est important de démarrer de suite parce que c'est dire aussi notre soif de se retrouver et de célébrer le Christ."

Ce dimanche, le père Gérard de Rodat a donc célébrer la messe en public à Saint-Martin-d'Oney où un peu plus de 20 personnes se sont déplacées. "Il y a peut-être encore des gens qui n'osent pas sortir" admet le religieux, qui tient à rassurer, "ce n'est pas une réouverture au rabais."

Des paroissiens peu nombreux, mais impatients

Pour les fidèles présents, le temps pressait de revenir à l'église : "On a eu une petite retraite forcée, physiquement, et maintenant on sort de cette retraite, c'est merveilleux. On a pu suivre les messes grâce à internet, mais ce n'est pas pareil."

Une fois franchie la porte de l'église, les paroissiens, masqués, doivent utiliser du gel hydroalcoolique mis à leur disposition. Si pour cette messe, aucun marquage ne signale les distances réglementaires, mais le prêtre veille. Quand la messe commence, un banc sur deux est occupé et seules les personnes d'une même famille peuvent se rapprocher. 

Gel hydroalcoolique obligatoire à l'entrée de l'église pour assister à la messe, à côté la panière pour la quête
Gel hydroalcoolique obligatoire à l'entrée de l'église pour assister à la messe, à côté la panière pour la quête © Radio France - Valérie Mosnier

Comme avant le confinement les chants et la lecture rythment la messe, mais pour la communion, il n'est plus question de poser l'hostie sur la langue et plus question non plus de faire circuler la corbeille pour la quête. 

Distance physique à l'église : un rang sur deux est occupé et il faut tendre les mains pour la communion
Distance physique à l'église : un rang sur deux est occupé et il faut tendre les mains pour la communion © Radio France - Valérie Mosnier

Ce dimanche a servi de rodage. Le faible nombre de personne à Saint-Martin d'Oney n'a pas posé de problème en terme de capacité d'accueil, mais cela a permis au père de Rodat de se faire une idée plus précise. Selon lui, cette église peut accueillir trois plus de personnes, tout en respectant la distanciation physique. Il songe sérieusement également à mettre des bandes au sol, à condamner visuellement un rang sur deux et des places sur les bancs. Il rappelle aussi que la Préfecture peut faire fermer une église à tout moment si les règles sanitaires ne sont pas respectées.

Le prêtre a célébré la messe avec son masque
Le prêtre a célébré la messe avec son masque © Radio France - Valérie Mosnier

Par ailleurs, le père de Rodat annonce son intention de multiplier les messes sur sa paroisse, toujours pour tenir compte de la distanciation physique et accueillir autant de monde. Deux messes vont être rajoutées en plus de celle prévue le samedi soir. "On devrait y arriver... On devrait y arriver... Le plus difficile pour les gens c'est d'être sûr d'avoir de la place. Des grandes paroisses ont organisé des réservations sur internet, nous n'en sommes pas là. Des gens aujourd'hui sont venus ici (ndlr : Saint-Martin-d'Oney) en se disant que leur église habituelle allait être bondée. C'est le bon sens !"

Se pose aussi la question des baptêmes, en présence de plusieurs enfants et donc plusieurs familles : "Je ne pourrai pas accueillir deux familles de 40 personnes dans une église trop petite. Donc, nous sommes en train d'appeler les familles pour leur dire on garde la date et de l'heure, mais peut être que ce ne sera pas dans l'église demandée, mais dans une église de la paroisse."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess